01net Entreprises. Quel est le métier de GingerSquid ?

Alexis Agahi : Nous développons toutes sortes de jeux mobiles géolocalisés (Urban Mobile Gaming), exploitant toutes les capacités des téléphones mobiles. Leur originalité est de comporter toujours plusieurs ingrédients. Ils ont pour vocation d’inviter les joueurs à jouer hors de chez eux. Reprenant les mécanismes des jeux en plein air (jeux de scouts, de piste…), ils s’appuient sur des principes simples comme celui du chat et de la souris. Le scénario (celui d’un jeu de pirate, par exemple), utilise la géolocalisation et l’interaction avec un réseau social (nous y reviendrons).

Vous avez déjà conçu le jeu Blackbeard (Barbe noire), disponible gratuitement dans l’App Store. En quoi consiste-t-il ?

Les joueurs peuvent effectuer des missions variées, comme cacher ou chercher des trésors, trouver des objets virtuels (épées, diamants…) et surtout, rencontrer d’autres joueurs en ligne, localisés sur une carte, et interagir avec eux en temps réel. Ils peuvent, par exemple, s’échanger des objets virtuels sur des places de marché qui correspondent à des endroits réels et qui sont proches d’eux géographiquement. Ils n’interagissent qu’avec les joueurs dans leur secteur géographique. Certains ont déjà passé des journées entières à parcourir leur ville pour trouver des trésors.

Comment votre jeu interagit-il avec les réseaux sociaux comme Facebook ?

Dans Blackbeard, le joueur s’identifie avec Facebook, et il peut inviter ses amis à jouer. Il sait donc à qui il a à faire.

Quel est le business modèle de GingerSquid ?

Le freemium (modèle économique associant une offre gratuite en libre accès, et une offre Premium haut de gamme en accès payant) est notre modèle, comme Zynga qui conçoit des jeux sur Facebook et qui est un concurrent. Nos jeux sont complètement gratuits, mais à certains moments, le joueur est bloqué pour avancer dans le jeu, lorsqu’il ne trouve pas un objet qu’il souhaite, par exemple. Il a donc la possibilité, dans le jeu du pirate, de nous acheter des objets virtuels ou des indices et de payer en ligne. Il s’agit de microtransactions de quelques centimes qui lui permettent alors d’avancer et d’aller plus vite dans le jeu. Notre business model repose sur les ventes que nous allons générer.

La constitution, au fil du temps, d’une grosse communauté de joueurs est l’autre axe important de votre business modèle ?

Oui. Cette étape est indispensable, car nous pourrons valoriser cette communauté auprès des entreprises qui organisent des opérations marketing. Par exemple, dans notre premier jeu, nous plaçons dans les trésors des bons de réduction pour des magasins qui ont pignon sur rue et qui veulent attirer des clients. Nos coûts d’exploitation et de réalisation des jeux sont faibles. Du coup, nous pouvons nous permettre de demander très peu d’argent aux joueurs s’ils sont nombreux. Pour cela, nous devons avoir une masse critique de joueurs.

Quel est aujourd’hui le nombre de joueurs ?

Ils sont environ 1 000 joueurs actifs et notre application a été téléchargée 10 000 fois sur l’Appstore. Le nombre de joueurs augmente de façon continue. En général, les garçons (60 %) y passent beaucoup de temps en une seule fois ( une heure ou deux) mais ne reviennent pas avant quatre jours. Quant aux filles, elles y restent moins longtemps ( cinq minutes) mais reviennent. L’âge moyen des joueurs est entre 18 et 25 ans.

Qu’est-ce qui a séduit le jury du French Tech Tour ?

Le jury a surtout apprécié le potentiel du projet, son concept innovant, son business model. Maintenant les difficultés sont de plusieurs ordres. Il faut éduquer les joueurs qui doivent comprendre qu’il faut s’impliquer dans la vie réelle. Il faut sans cesse continuer à être innovant pour rendre ces jeux toujours plus amusants. L’autre problématique – cruciale – est l’acquisition et la rétention des joueurs. Dans ce domaine, il existe plusieurs techniques efficaces, que je préfère garder secrètes.

Pourquoi avez-vous participé au voyage d’Ubifrance ?

Comme les investisseurs, je pense qu’il y a un potentiel sur le marché de l’Urban Mobile Gaming et la seule façon d’acquérir des joueurs est d’aborder le marché américain, important par sa taille et par sa capacité à adopter des nouvelles technologies. Il est important également de trouver des joueurs qui soient prêts à tester des nouveautés pour recueillir leur feedback.

Les autres acteurs que vous avez rencontrés dans la Silicon Valley (Google, ATT, etc.) ont-ils aussi bien accueilli le projet ?

Oui, mais j’ai compris que les investisseurs étaient prêts à investir à condition que je vienne sur place ! San Francisco est la première ville, avec Los Angeles, qui concentre le plus grand nombre d’acteurs dans le domaine du jeu vidéo sur internet. Je pense personnellement qu’un amorçage peut se faire à Paris mais pour un réel décollage, la Silicon Valley est incontournable !