Nicolas Aubin fait partie des personnes qui savent très tôt ce qu’elles veulent faire. « Je développais en Basic au lycée, se rappelle notre homme. J’aime comprendre, construire et, encore plus, voir les résultats de ce que je fais ».
Tout naturellement, il entre dans un IUT d’informatique. Son diplôme en poche, il hésite à poursuivre ses études – « j’aurais dû continuer », ajoute-il -, mais trouve une alternative passionnante : « J’ai fait mon service national dans un laboratoire de recherche de l’armée. On travaillait sur la reconnaissance des formes, pour identifier un char d’assaut derrière un bâtiment par exemple. Passionnant ! », se souvient-il.
À l’issue de l’armée, il entre dans une start-up qui travaille pour Peugeot, « pour, entre autres, voir si le véhicule s’écartait de la route ».

Peu de temps après, elle disparaît et notre homme œuvre alors pendant quelques années successivement dans plusieurs entreprises comme développeur ou chef de projet, « histoire de voir ce qui m’intéressait le plus ». Il travaille aussi bien sur des logiciels de facturation pour France Telecom que dans la prospection pétrolière.

En 2000, il passe « du pétrole aux fleurs », et rentre chez Aquarelle, qui avait créé un site de e-commerce dès 1998. Il y restera. « À l’époque, ils étaient en pleine refonte de leur site web. Développé en java, un langage pas très performant dans ses premières versions, il ne répondait pas aux besoins, explique notre interlocuteur. Il a fallu remplacer cette V1 par une solution robuste et efficace. Puis, une V2 en Perl, et aujourd’hui en PHP ».
Totalement dans son élément, il prend dès le départ le parti-pris de tout développer en interne. « La plateforme logicielle prend en charge la totalité des opérations, de la commande à l’expédition », résume-t-il. Un choix justifié encore aujourd’hui  : « Nous avons changé récemment le workflow sur la chaîne de conditionnement. Il est difficile de trouver des outils capables de s’intégrer aux autres parties du système et de prendre en charge ce type de modification ».

Il a parfois pensé changer d’entreprise, mais « j’ai trouvé régulièrement des challenges motivants. Comme l’intégration de la supply chain, des sites partenaires… ». Quand il ne pense pas « logiciel », notre homme se passionne pour le jardinage. Mais la technologie continue d’évoluer et, toujours à la pointe, Nicolas Aubin est en train de basculer son SI vers une architecture à base de micro-services.

Propos recueillis par Patrick Brebion

MON CASSE-TÊTE DU MOMENT > La téléphonie ! Le siège est à Paris, l’équipe technique est localisée dans l’Oise. On a un accès fibre avec SFR, la seule possibilité à ce jour car c’est cet opérateur qui a le marché local dans le cadre d’une délégation de service public. Un service qui subit de nombreuses indisponibilités…

MES PRINCIPAUX INDICATEURS > La disponibilité du site est surveillée à la loupe. New Reliq est utilisé en complément d’outils maison pour délivrer des indicateurs métier et techniques en temps réel. Une baisse des ventes est souvent liée à des défaillances techniques. Ces indicateurs permettent aussi à l’équipe de développement de mieux comprendre son impact sur le métier.

CE QUE J’AIME DANS MA SOCIÉTÉ > Aquarelle est une PME. J’ai des bonnes relations avec les deux dirigeants. Les circuits de décision sont très courts et la relation est simple. Ce qui se traduit par une vraie réactivité. Elle est également apaisée avec les métiers malgré les divergences d’intérêt naturelles avec la DSI. L’organisation a été adaptée. Chaque projet compte aujourd’hui un référent métier et nous nous calons sur le business.

MON CHEVAL DE BATAILLE > Les développeurs. Il faut d’abord les trouver, un challenge difficile dans le contexte actuel, d’autant plus qu’ils sont basés dans l’Oise. Le plus difficile n’est pas là, mais dans leur formation, surtout pour les développeurs web qui ne jurent souvent que par quelques outils.

 

PARCOURS

Depuis 2000 DSI d’Aquarelle
1993-2000  Développeur et chef de projet dans plusieurs entreprises

FORMATION
1990-1992 DUT Informatique – Paris 13