La CNIL préconise un encadrement strict des données collectées par les futurs compteurs ERDF communicants pour protéger la vie privée des usagers.

Prévu à partir de 2013 dans toute la France, « Le futur déploiement des compteurs communicants fait naître une crainte importante en matière de vie privée, tant au regard du nombre très important de données qu’ils permettent de collecter, que des problématiques qu’ils soulèvent en termes de sécurité et de confidentialité de ces données » a estimé la CNIL dans une de ses délibérations, parue au Journal Officiel, il y a quelques jours.

Ces compteurs électriques de dernière génération, dont le modèle Linky est déjà en test chez les abonnés via ERDF, vont concerner environ 35 millions de foyers d’ici à 2020.

La Commission s’inquiète notamment de la collecte de la « courbe de charge » qui permet d’avoir une connaissance plus précise de la consommation des ménages afin de leur fournir de nouveaux services (bilan énergétique, par exemple).

Cette courbe de charge permet d’identifier les heures de lever et de coucher, les heures ou périodes d’absence. Elle peut ainsi permettre de déduire de nombreuses informations relatives à la vie privée des personnes concernées en fonction de la périodicité (ou « pas ») de la mesure (toutes les dix, trente et soixante minutes).