Sogeti, filiale à 100% du groupe français de conseil et services informatiques Capgemini, a signé un accord de distribution avec Numergy, jeune société spécialisée dans le cloud computing, financée par SFR, Bull et la Caisse des dépôts, selon un communiqué commun lundi. Deux grands projets français concurrents, financés chacun par l’Etat à hauteur de 75 millions d’euros, ont vu le jour fin 2012 et proposent aux entreprises et administrations des solutions de cloud pour assurer sur le territoire français le stockage de données informatiques sensibles. « Ce contrat de distribution pourra s’exercer pour des services commercialisés sous la marque Numergy, la marque Sogeti ou en co-branding », précise le communiqué.

Le contrat se basera sur la plate-forme sécurisée de Numergy. « Associé à ces capacités énergétiques, le savoir-faire historique de Sogeti dans les infrastructures permettra à ses clients de bénéficier des trois grands piliers du cloud computing que sont le self-service, l’élasticité et le paiement à l’usage », est-il indiqué.

« Nous leur fournissons notre plate-forme de calcul et de stockage avec des différenciateurs forts sur les plus hauts niveaux de qualité de service et sur la localisation des données sur le territoire national. Nous sommes heureux que Sogeti soit parmi les tout premiers à pouvoir diffuser cette énergie numérique au bénéfice de ses clients », a commenté Philippe Tavernier, président exécutif de Numergy.

« La largeur de gamme de nos services cloud est essentielle pour satisfaire nos clients. Tous n’ont pas les mêmes besoins et il faut souvent orchestrer plusieurs clouds de nature différente pour un même client, a expliqué, de son côté, Christophe Bonnard, directeur général de Sogeti France. En amont, nous sommes là pour les conseiller face à cette complexité ; en aval, nous délivrons les services opérationnels avec les meilleurs standards. » Numergy est détenu à 47 % par SFR (Vivendi), à 20 % par Bull et à 33 % par la Caisse des dépôts et consignations, via le FSN (Fonds national pour la société numérique), pour un investissement total de 225 millions d’euros.