Axelle Lemaire a présenté le 3 septembre, en Conseil des ministres, les grands contours du projet « République numérique ».
Hormis les axes formation, apprentissage et haut débit, la secrétaire d’État a aussi dévoilé un nouveau dispositif en faveur des jeunes start-ups françaises du numérique, intitulé « Soutien aux initiatives entrepreneuriales ».
Ce programme devrait venir aider les entreprises à trouver un business model pérenne et à s’adjoindre les compétences de professionnels qualifiés. Pour ce faire, Axel Lemaire envisage de modifier le régime de rémunération en actions permettant de « créer des actions gratuites d’intrapreneurs » pour favoriser la création de nouvelles structures.

L’innovation française reste convaincante
La secrétaire d’État chargée du numérique a par ailleurs insisté sur la nécessité de trouver davantage de leviers de financement en faveur de l’innovation. Les grands groupes et les investisseurs institutionnels, français comme étrangers, pourraient ainsi être sollicités.

Et pour séduire les investisseurs, rien de tel qu’une France mise en avant par le rapport global sur la compétitivité 2014-2015 du Forum économique mondial (WEF). Conservant son rang pour la première fois depuis 5 ans, à la 23e place , l’Hexagone est salué pour ses infrastructures en communication, énergie et transport (8e rang), pour sa maturité technologique (17e) et pour son innovation (19e).

À noter que le projet de loi « République numérique », qui sera soumis au Parlement en 2015, ne remet pas en cause la subvention accordée à la French Tech. Une enveloppe de 15 M€ vient d’être débloquée pour aider les jeunes start-ups françaises du numérique à se développer à l’international.