Si le télétravail séduit un nombre croissant d’entreprises et de salariés, cette organisation plus flexible du travail se fait souvent au mépris de la sécurité des données. Selon une étude européenne d’Iron Mountain, la moitié des télétravailleurs utilisent leur messagerie privée pour échanger des documents professionnels. Quand ce ne sont pas ces mêmes documents professionnels qui traînent au domicile (29 %) ou finissent à la poubelle (19 %).

Environ un télétravailleur sur dix (15 % pour le France) travaille depuis un cybercafé ou utilise un réseau Wi-Fi non sécurisé. Mais le tort est partagé. Seules 18 % des entreprises indiquent à leurs salariés les types de documents papier et électroniques qu’ils sont autorisés ou non à utiliser chez eux, et 17 % disposent d’une politique formelle de télétravail.