Le tableau blanc est mort… Vive le tableau interactif qui réinvente la collaboration et l’esprit même des réunions en entreprise. Du Samsung Flip au Microsoft Surface Hub 2S, découvrez les acteurs de ce nouveau marché.

Outil simple pour partager ses idées ou faire un exposé, le tableau blanc fait depuis très longtemps partie du mobilier de l’entreprise et trône dans toutes les salles de réunion avec souvent quelques paquets de Post-its à portée de main.
Il a fait son temps. Car désormais, les réunions n’imposent plus la présence physique des participants. La généralisation de la visioconférence, le cloud et les usages mobiles ont transformé non seulement la façon de collaborer et de participer à une réunion, mais également l’idée même que l’on se faisait des réunions.

Aujourd’hui de nouveaux « paperboards numériques », aussi dénommés « Smart Boards » (tableaux intelligents), viennent moderniser la notion d’un canevas partagé sur lequel viennent s’afficher les différentes idées qui fusent durant la réunion. Cette idée d’un tableau interactif pleinement intégré aux outils numériques actuels n’est pas nouvelle : le célèbre centre de recherche Xerox PARC travaillait déjà sur le concept dans les années 90.

Des paperboards bardés de capteurs

Différentes tentatives d’élaborer des écrans interactifs ou d’insuffler de l’interactivité aux téléviseurs des salles de réunion ont ensuite émergées sans s’imposer.
L’idée s’est réellement concrétisée avec l’introduction du Surface Hub par Microsoft en 2015 : ce gigantesque écran de 84 pouces connecté, bardé de capteurs et caméras, doté de moyens de visioconférence, intègre un véritable PC et se présente comme un canevas interactif sur lequel il est possible d’interagir à plusieurs avec les doigts ou des stylets. « Des appareils comme Surface Hub sont avant tout des accélérateurs de travail collaboratif en entreprise, nous expliquait récemment Jean-Christophe Dupuy, Directeur de la Division Windows & Devices Microsoft. Ces technologies introduisent de nouvelles façons de travailler : toutes les personnes, physiquement présentes ou non (grâce à Skype Enterprise elles peuvent participer à distance comme si elles étaient physiquement là), dessinent et ajoutent des informations sur le « whiteboard » depuis leur tablette ou leur PC par exemple. À la fin d’une réunion, les notes sont automatiquement envoyées à tous les participants, ce qui permet de gagner beaucoup de temps».

Une extension physique aux nouveaux logiciels collaboratifs

De Google à Samsung en passant par Cisco, Smart Technologies ou encore Infocus, le concept a depuis fait de nombreuses émules.
Mais ce marché est intimement lié à celui des nouveaux outils de collaboration : Office 365, Google G Suite, Cisco Spark, Microsoft Teams, Slack, etc. Ces tableaux deviennent des extensions naturelles de ces outils, des supports physiques pour étendre les interactions collaboratives proposées par ces logiciels.
C’est d’ailleurs la raison première qui a mené Microsoft à acquérir en 2012 la société Perceptive Pixel, fondée par Jeff Han et véritable inventeur du concept Surface Hub.
C’est aussi la principale raison qui a poussé des acteurs du collaboratif comme Cisco, avec sa Webex Board construite autour de Spark, mais aussi Google, avec sa Jamboard construite autour de G Suite et Hangouts, à investir dans ce marché des « Smart Boards ».

Un marché en pleine expansion

Bien qu’encore très chers, ces tableaux interactifs commencent à se répandre dans les entreprises. Selon Grand View Research, le marché des tableaux interactifs connaît une croissance annuelle de 6,1% et devrait atteindre les 2,31 milliards de dollars à l’horizon 2025.
Ces tableaux interactifs se différencient des téléviseurs connectés (qui permettent à différentes personnes au sein d’une réunion de prendre le contrôle à tour de rôle de l’écran partagé pour projeter celui de leur PC ou de leur terminal mobile) par la richesse des interactions proposées : il ne s’agit plus simplement de projeter un à un les écrans de chaque appareil des participants mais non seulement d’afficher les contenus de chacun sur un même canvas et de faire en sorte que ce canvas soit récupérer par chacun sur son appareil (que ce soit un PC, un Mac, un smartphone ou une tablette). Au-delà des contenus, l’idée est également d’incorporer les flux « visio » des participants non physiquement présents dans la salle de réunion et de partager le flux « visio » de la salle de réunion grâce à la caméra intégrée dans le tableau interactif.
Ces tableaux se veulent aussi de plus en plus mobiles. Ils sont souvent montés sur des stands à roulettes pour les déplacer aisément de salle en salle. Avec son nouveau Surface Hub 2S, Microsoft a même intégré une grosse batterie dans le stand de sorte à pouvoir continuer d’utiliser l’écran même en le déplaçant.

Ce marché est pour l’instant dominé par un petit nombre d’acteurs :

Microsoft: Avec son Surface Hub, Microsoft a tracé la voie. Il y a quelques jours, le constructeur a officiellement introduit le premier élément de sa nouvelle gamme : le Surface Hub 2S. C’est sans doute l’écran collaboratif le plus avancé et le plus complet à condition d’avoir opté pour Office 365 comme fondation au travail collaboratif dans toute l’entreprise. Car c’est dans ce contexte que cet écran prend vraiment toute sa dimension. Partage de canvas, partage de contenus, visioconférence, tout est là ! L’une de ses particularités est de pouvoir être monté sur un pied à roulette doté d’une batterie pour alimenter l’écran même en le déplaçant ou en l’absence de prise électrique dans la salle de réunion.
Disponible dès juin en version 50 pouces, le Surface Hub 2S sera également décliné en version 85 pouces (taille similaire à celle du Surface Hub premier du nom) début 2020.
En 2020, Microsoft introduira également une autre version, le Surface Hub 2X. Celui-ci pourra être utilisé en mode paysage ou portrait et même être accolé à un second, troisième voire quatrième Surface Hub 2X pour ne former qu’un seul gigantesque écran (de 200 pouces !).

 

Samsung: avec son Flip, le constructeur propose l’un des modèles les plus accessibles du marché mais aussi l’un des plus limités fonctionnellement parlant, bien qu’il soit pour l’instant le seul modèle du marché à pouvoir basculer aisément du mode horizontal au mode vertical (une fonctionnalité qui sera présente sur le Surface Hub 2X attendu en 2020). Sa fonction d’écran partagée permet d’afficher le contenu du canevas sur les PC, smartphones et tablettes. Son écran peut aussi être utilisé pour afficher le contenu de PC ou Smartphone qu’on lui connecte afin par exemple d’afficher les flux vidéos Skype des participants distants.

Google: Le constructeur a introduit sa Jamboard il y a déjà deux ans et l’a pensé comme une extension naturelle de ses propres outils collaboratifs G Suite. Le canevas peut être aisément projeté dans Hangouts, et ses éléments peuvent être manipulés par tous les intervenants depuis leurs ordinateurs, smartphones et tablettes.

Vibe: ce nouvel entrant a spécialement pensé son tableau interactif pour Slack et Microsoft Teams avec lesquels il offre de fortes interactions. On y retrouve des fonctionnalités de tableau blanc partagé et de visio conférences avec notamment une intégration à Skype for Business.

<image 5-Z-Vibe-Board>

Cisco: Avec sa Webex Board, Cisco veut se faire une place sur ce marché. Elle est déclinée en trois tailles d’écran : 55, 70 et 85 pouces. Toutes sont équipées d’une caméra 4K et d’un système de captation sonore à 12 micros procurant des fonctionnalités de visioconférence intégrées à l’univers Cisco en la matière.

SMART Technologies: ce vétéran des écrans interactifs a récemment abandonné ces « Kapp IQ Pro » pour se focaliser sur ces nouveaux écrans « Smart Board Pro Series » déclinées en version 2000 (partage d’écran sans fil), 6000 (écran de meeting) et 7000 (écran collaboratif). Ils sont conçus pour fonctionner avec les solutions logicielles Smart TeamWorks et Smart Meeting Pro.

Infocus: Avec sa gamme Mondopad Ultra, Infocus propose également des écrans interactifs intégrant des fonctionnalités avancées de whiteboard partagé, de vidéo-conférences et d’intégration à Office 365. Pour ceux qui recherchent des fonctionnalités plus limitées, réduites aux seules fonctions de « tableau blanc » partagé, Infocus décline son offre en deux autres modèles, les Mondopad Launch et Mondopad Core.