Une nouvelle étude de l’Observatoire de la Tech montre que les Français connaissent le cloud sans pourtant en maîtriser réellement les atouts et sans lui faire vraiment confiance.

Le cloud, tous les IT en connaissent le concept, les avantages et les inconvénients. Mais hors de l’IT, quelle connaissance en ont les Français ? C’est à cette question que cherche à répondre la nouvelle enquête de l’observatoire de la Tech menée par Odoxa et Oracle..

Selon ce sondage 88% des Français disent connaître le cloud et seuls 11% n’en ont jamais entendu parler.

Toutefois, il faut relativiser cette connaissance. Car dans le détail, 20% connaissent effectivement le terme sans pour autant avoir une idée claire de ce dont il s’agit. Et 40% disent bien le connaître sans pour autant l’utiliser (ou pensent ne pas l’utiliser).

Seuls 28% des Français l’utilisent pour stocker ou partager des documents numériques.

Une connaissance encore vague

Car pour les Français, les usages et avantages du cloud tournent essentiellement autour du stockage et de ses avantages. 58% des Français citent comme principal avantage du Cloud le fait de pouvoir accéder à ses contenus de n’importe où et n’importe quand, 58% mentionnent la possibilité de faire une sauvegarde pour prévenir un éventuel problème de disque dur et 47% celle d’accéder à des capacités de stockage supérieures à celles d’un PC ou d’un disque dur externe.

Étrangement, ils ne sont que 18% à y voir des avantages pour les usages professionnels et le télétravail.

Toujours beaucoup de méfiance

Plus surprenant encore : ils ne sont que 21% à y voir un bon moyen de protéger leurs données. Un chiffre qui met à nouveau en avant la défiance des Français vis-à-vis de la protection des données Internet par les acteurs de l’Internet : 71% des Français estiment que les données personnelles qu’ils communiquent sur Internet sont mal protégées (Observatoire de la Tech, janvier 2021).
Et d’autres données de l’étude abondent dans le sens d’un manque de confiance des Français. Erwan Lestrohan, Directeur d’études d’Odoxa constate ainsi que « les Français établissent une hiérarchie assez claire des contenus qu’ils pourraient y déposer. Ils seraient ainsi majoritaires à pouvoir stocker sur le Cloud des contenus renvoyant à des risques plus limités : des photos (60%), des documents professionnels (53% et même 59% chez les salariés) ou des vidéos (52%). Ils sont en revanche plus réservés sur leur capacité à stocker sur le Cloud des contenus plus sensibles. 62% indiquent en effet qu’ils ne pourraient pas stocker sur le Cloud des documents personnels (carte d’identité, carte vitale, passeport, permis de conduire, bail, attestations…) et 76% n’y stockeraient pas des informations de paiement (coordonnées bancaires, relevés de comptes,…) ».

Autre donnée illustrant ce manque de confiance : L’hébergement en France des données stockées sur le Cloud est important pour 86% des Français…Reste que 38% d’entre eux ne savent pas comment vérifier ce point! 48% déclarent que c’est un point sur lequel ils font/feront preuve de vigilance à l’avenir.

Autrement dit, l’avenir du cloud à une échelle grand public repose sur davantage de pédagogie mais également un engagement des opérateurs à sécuriser les données sur le territoire national. Des exigences qui, pour le coup, rejoignent celles des entreprises et des DSI.