Le changement vers une administration numérique, c’est maintenant ! C’est en tout cas la volonté des Français, à en croire une étude menée par l’Institut BVA et le Syntec Numérique. Tous deux ont interrogé les citoyens sur les mesures devant, à leurs yeux, être prioritaires dans le « choc de simplification » voulu par François Hollande. Pour 34 % d’entre eux, ces mesures doivent permettre de réduire les délais de traitement des dossiers par l’administration.

Ils sont le même nombre à souhaiter que la simplification se fasse aussi par un nombre moins élevé de formulaires à remplir lors de leurs démarches, 43 % à attendre de pouvoir effectuer les demandes de passeport en ligne.

Une simplification pour les entreprises

Revendication moins précise, mais qui concerne plus de monde, 54 % des Français aimeraient que les innovations en direction des entreprises soient plus nombreuses.

Il s’agirait notamment de créer une carte d’identité électronique de l’entreprise, mais aussi de dématérialiser, là encore, les formulaires et de pouvoir demander une aide publique grâce au seul numéro de Siren ou de Siret.

Par ailleurs, les Français aimeraient pouvoir régler leurs amendes routières (40 %) ou faire une demande de carte Vitale en ligne (38 %). Enfin, à 52 %, ils aimeraient qu’un espace numérique soit dévolu aux jeunes.

« La voie est aujourd’hui ouverte pour une transformation plus profonde en regroupant l’ensemble des démarches administratives en un point unique, grâce à un portail numérique sécurisé stockant tous les documents nécessaires. (…) Satisfaction accrue des citoyens vis-à-vis de pouvoirs publics, et, surtout, réalisation de substantielles économies pour un État contraint par ses finances devraient être les deux moteurs du Gouvernement pour accélérer le mouvement ! », estime, à la lecture de cette étude, Bruno Vanryb, président du Syntec Numérique.