Et si Red Hat rééditait l’exploit de sa version commerciale de Linux, qui lui a permis de se faire connaître ? Cette fois, la société se tourne vers le cloud et mise sur OpenStack, une plateforme open source lancée en 2010. La société compte sur ce nouveau virage pour poursuivre sa progression au cours des 10 prochaines années.

Red Hat a rejoint la communauté OpenStack en 2012, dont les principaux sponsors sont Rackspace, IBM et HP. Rapidement devenue un membre hyperactif, elle a choisi de lancer sa propre variante basée sur la dernière version stable de Red Hat Enterprise Linux.

Deux offres sont proposées. La première, OpenStack Platform, s’adresse aux fournisseurs de services ainsi qu’aux grandes entreprises, leur offrant la possibilité d’ajouter leurs propres services. La seconde, Red Hat Cloud Infrastructure, vise le cloud privé et dispose de fonctions de gestion prêtes à l’emploi, de la rétrofacturation et d’outils de contrôle.

Si d’autres distributeurs, notamment Suse et Ubuntu, sont également sur le coup, Red Hat dispose d’un avantage considérable. Son système d’exploitation RHEL est déjà présent dans de nombreuses entreprises. Ce qui devrait faciliter l’achat de services intégrés même si la solution ne remporte pas encore tous les suffrages, certains considérant que les questions de stockage et de réseau en entreprises ne sont pas réglées…