Microsoft devrait finalement atteindre son pari d’origine : déployer son Windows 10 sur plus d’un milliard d’appareils. L’éditeur vient en effet de franchir le palier des 900 millions de machines sous son système.

En présentant la préversion de Windows 10 lors de la conférence Build 2015, Terry Myerson alors nouvellement nommé à la tête de la division Windows, promettait aux développeurs que Windows 10 représenterait un marché de plus d’un milliard d’appareils dans les deux à trois ans à venir. À l’époque, Microsoft croyait encore dur comme fer pouvoir se faire une place sur le marché des smartphones d’où l’objectif élevé malgré le court terme puisque sur ce milliard envisagé, une bonne partie aurait été des Windows 10 Mobile.

Seulement voilà, les choses ne se sont pas passées comme prévu. Peu de temps après le lancement de Windows 10, Microsoft a abandonné son activité smartphones et supprimé la division Nokia qu’il venait d’acquérir. Et l’éditeur n’a pas vraiment réussi à imposer l’idée d’un Windows truffé de fonctionnalités multimédias, grand public et tactiles, qui fonctionne sur des tablettes et des appareils mobiles d’un nouveau genre. Au point que même Terry Myerson a jeté l’éponge et quitté Microsoft. Pire encore, la division « Windows » n’existe plus en tant que tel depuis mars 2018. Elle a été splittée entre les divisions « Cloud & AI », « Experiences » et « Surface »… Et le développement de Windows 10 s’est recentré sur les fondamentaux et l’expérience « Desktop » tout au moins en attendant l’apparition du fameux « Windows Core OS » dont on devrait découvrir les contours le 2 octobre prochain à l’occasion de la conférence Microsoft Suface 2019.

Pourtant, petit à petit, bien loin du planning de départ, Microsoft s’est progressivement rapprochée de son objectif fixé en 2015. L’éditeur vient ainsi d’annoncer cette semaine que Windows 10 animait désormais plus de 900 millions d’appareils actifs.
Et ce chiffre devrait encore augmenter avec la migration des dernières entreprises retardataires restées sous Windows 7 : le système atteint en effet sa fin de vie (EOL – End Of Life) qui le verra abandonné de tout support en janvier 2020. Ces entreprises n’ont donc, en théorie, plus que 5 mois pour adopter Windows 10 si elles ne veulent pas se retrouver face à un système non maintenu et perméable aux cyberattaques. En pratique, elles peuvent toujours adhérer à un programme de support étendu (durant 2 ans) mais qui est très onéreux ou passer leurs machines sous Azure (avec l’offre DaaS sous Windows) qui permet de profiter sans surcoût de cette garantie étendue.

Vu les circonstances et en attendant d’en savoir un peu plus sur les nouveaux appareils imaginés par Microsoft et qui seront présentés le 2 octobre, nombreux sont les observateurs qui estiment tout à fait raisonnable de penser que Microsoft franchira la barre du milliard de machines Windows 10 avant la fin de 2020. Un objectif atteint avec 2 à 3 ans de retard mais atteint malgré tout, ce qui n’était pas inscrit dans le marbre après l’arrêt des activités smartphones.