[EMC World 2012] Dans la jungle des kits de déploiement des clouds IaaS, EMC en propose un qui ne sert qu’au stockage, mais qui s’accompagne maintenant de tous les accessoires.

Atmos, le kit d’EMC qui sert aux hébergeurs comme aux entreprises pour déployer une solution de stockage en ligne, n’est plus aussi aride. Il s’accompagne désormais d’outils plus attrayants, destinés à faciliter l’accès des utilisateurs, ainsi que d’interfaces de programmation, pour que les applications y stockent leurs données. Pour marquer le coup, EMC ne parle plus de stockage en ligne, mais en cloud. C’est la même chose, mais en plus moderne.

Acteur historique des baies de disques oblige, EMC propose ici une infrastructure cloud expressément ciblée sur le stockage. Ses concurrents – HP, IBM, Dell, etc. – proposent plutôt des infrastructures Iaas (Infrastructure as a Service), qui permettent accessoirement de construire des offres de stockage en cloud.

Un disque cloud au bout des doigts

Jusqu’ici, pour stocker ou récupérer des fichiers dans un volume Atmos en ligne, il fallait passer par un portail web et cliquer sur des boutons. Désormais, il existe des applications pour tous les mobiles et des interfaces HTML5, qui simplifient l’accès à partir d’un PC ; depuis un smartphone, une tablette, Apple ou Android, on voit un répertoire où stocker les documents de travail. Depuis Windows, on glisse-dépose des fichiers sur la fenêtre du volume Atmos pour les transférer.

« Le stockage en cloud, ou Staas (Storage as a Service), se démocratise. Les fournisseurs ont besoin d’outils qui accompagnent cette démocratisation. C’est précisément ce que propose EMC avec Atmos », commente Simon Robinson, vice-président du cabinet d’analystes 451 Research.

Un stockage pour les applications aussi

Atmos offre par ailleurs de nouvelles interfaces de programmation qui permettent à une application d’enregistrer, de rechercher et de lire ses données sur un volume en ligne. « La tendance du marché est au cloud hybride. Les entreprises achètent de la capacité de stockage en interne, et quand les besoins débordent, le surplus de charge de travail bascule automatiquement dans un cloud public. Nous apportons la solution pour que les applications continuent de fonctionner, que leurs données soient en local ou en ligne », explique Joe Tucci, le PDG d’EMC.

Sur le plan technique, un seul volume Atmos grimpera désormais jusqu’à 100 Po de capacité maximale.