Selon Le Figaro, la SSII aurait déposé une offre pour racheter la filiale de la Royal Bank of Scotland spécialisée dans les paiements électroniques. Une opération d’envergure, évaluée entre 2 et 2,5 milliards d’euros. Atos Origin devait passer cette semaine les oraux face à une dizaine de candidats.

Déjà évoquée par le même quotidien à la mi-mars, cette acquisition changerait la physionomie de la société française qui a réalisé 5,12 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2009. Son centre de gravité se déplacerait en faveur de l’activité des moyens de paiement et des transactions électroniques incarnée par sa filiale Atos Worldline. Un nouveau cap qui pourrait aussi compenser le recul des activités traditionnelles. En ce qui concerne les résultats du premier trimestre publiés mercredi prochain, Aurel BGC anticipe un recul organique de 4,1 %.

Atos Origin a tenté pendant deux ans d’acquérir SIA SSB, le spécialiste italien du service de paiement. La SSII a aussi racheté, fin mars, Shere – 11 millions de livres de chiffre d’affaires pour 90 collaborateurs –, un petit acteur des services transactionnels sur les marchés des transports ferroviaires et de l’hôtellerie au Royaume-Uni.