La collaboration est la clé du succès d’un projet d’ingénierie, et le multitouch, certainement un bon moyen de susciter les échanges entre ingénieurs. Le Bordelais Immersion présentait cette semaine sa table Meetiiim aux Américains.

Quoi de plus convivial et efficace que de se réunir autour d’une table et de pouvoir manipuler directement le modèle 3D d’un projet, l’analyser sous tous les angles, l’annoter, le plus simplement du monde, d’un simple geste. Le succès éclair des terminaux mobiles auprès du grand public a désormais totalement démocratisé les interfaces multitouch, et les équipements de collaboration basés sur ce type d’interfaces devraient trouver leur place dans nombre d’entreprises. Une solution lorsqu’on ne peut investir dans une salle de réalité virtuelle pour mener les revues de projet.

Le Français Immersion avait fait le voyage à Las Vegas cette semaine pour présenter sa nouvelle table tactile, Meetiiim, aux 9 000 participants d’Autodesk University 2012. Face à la société créée par Christophe Chartier, pionnier de la réalité virtuelle en France, un seul concurrent direct était présent à la convention, l’Américain Circle Twelve. Lui aussi faisait la promotion de sa solution, comparable à celle du Français mais conçue à partir d’une technologie radicalement différente. Et Immersion n’avait pas à rougir de son produit, loin de là.

DiamondTouch, la table multitouch de Circle Twelve, est en effet surmontée d’un vidéoprojecteur. Ainsi, l’image du logiciel apparaît sur la surface tactile de la table, afin que les utilisateurs puissent interagir. Atouts de la DiamondTouch : sa légèreté (8 ou 13 kilos, selon la taille choisie) et le fait que quatre personnes – identifiées par la chaise sur laquelle elles sont assises – puissent agir en même temps et en toute indépendance.

Christophe Chartier n’est pas du tout impressionné : « Nous aussi avons cette capacité à identifier les interactions de plusieurs personnes sur la surface tactile. » La table Meetiiim est livrée avec des petits boîtiers qui permettent aux participants de commander leurs interactions avec la table qui, elle, contient l’écran, contrairement à la DiamondTouch. Mais cette table innove en intégrant les terminaux de chacun des participants. Grâce à unn petit logiciel installé sur une tablette, un portable ou un PC ordinaire, l’utilisateur peut envoyer une capture d’écran, un document PDF ou un modèle 3D à la table, afin d’enrichir l’échange de nouveaux éléments au fur et à mesure du déroulement de la réunion.

Très présent dans l’industrie – Immersion est un partenaire Dassault Systèmes de longue date –, le Français espère percer dans le secteur de l’architecture, notamment grâce à un récent accord de partenariat avec Autodesk. Ce qui explique la présence du Français à Las Vegas cette semaine.