Largement commentée dans la presse et sur les réseaux sociaux, l’annonce du Surface Duo excite la curiosité et soulève de multiples questions chez tous les observateurs de la High Tech dont les DSI font aujourd’hui largement partie.  

Depuis l’annonce la semaine dernière du Surface Duo, un smartphone double écran sous Android attendu pour la fin 2020, l’appareil a fait la Une de tous les sites high-tech, déclenché des pétitions, engendré moult débats, et finalement attiré l’attention de nombreux DSI qui essayent de décrypter les non-dits d’une annonce prématurée bien peu dans les habitudes de l’équipe Microsoft Surface.
Nous avons déjà eu l’occasion de faire un point sur cette conférence et sur les futurs du PC à courts et moyens termes qu’elle cherchait à présenter (diversité de processeurs, diversité d’appareils, nouvelles expériences).

L’annonce du Surface Duo, surprenante autant qu’énigmatique, en dit finalement assez long non seulement sur la stratégie à venir du géant informatique de Redmond mais également sur les virages à venir de l’informatique mobile. Voici ce que les DSI doivent en retenir :

1/ La gamme Surface se complète toujours un peu plus

En 2017, le COO de Lenovo (GianFranco Lanci), le CCO de Dell (Marius Haas) et le CEO de Canalys avaient prédit l’abandon de la gamme Surface et même de la division qui n’avait selon eux aucune rentabilité pour Microsoft. Ils avaient même donné une date : « d’ici 2019 ». À l’époque, Panos Panay, le patron de la division Surface, leur avait rétorqué qu’ « ils étaient si loin de la vérité que c’en était risible ». Aujourd’hui, il y a effectivement de quoi rire du niveau de prescience de ces responsables.
Les annonces multiples de la semaine dernière illustrent à quel point la gamme Surface est devenue stratégique pour l’éditeur. Elle est le bras armé, celui qui concrétise la vision plateforme et cloud de Microsoft. Elle s’inscrit totalement dans le « Why » de l’entreprise et l’illustre peut-être de la façon la plus complète : « empower every person and organization on the planet to achieve more ».
Imposer sa vision est plus facile et plus cohérent quand on maîtrise tout du matériel aux logiciels en passant par les plateformes, une réalité qu’Apple a toujours affirmée et que Google a aussi ressentie.
C’est pourquoi les DSI ont de quoi être rassurés. Surface n’est pas une passade et s’engager avec Microsoft sur le hardware peut avoir du sens. Même si la concurrence s’inspire très ouvertement de ce qu’imagine Microsoft à des prix plus accessibles et ne manque pas elle aussi d’innover (Asus Zen Book Pro Duo, HP Elite Dragonfly, Lenovo Carbon x1 ou Yoga, etc.).
Avec Surface Go, Surface Pro 7, Surface Pro X, Surface Laptop 3, Surface Book 2, Surface Studio et les futurs Surface Duo et Neo, Microsoft couvre désormais un large spectre de formats et d’usages.

2/ La gamme Surface vise de plus en plus l’entreprise

Les annonces sont toujours orientées grand public. Mais, la gamme est aussi déclinée en offre « Surface for Business ». Elle est même plus complète encore. Par exemple, le Surface Laptop 3 version « 15 pouces » existe en versions AMD et Intel (alors que le grand public n’a droit qu’à la version AMD). La gamme Business utilise Windows Pro/Entreprise ou Microsoft 365, les déclinaisons vPro des processeurs, et propose une garantie avec remplacement et une garantie avancée « J+1 ».
Et avec Surface Laptop 3 et Surface Pro X, Microsoft a enfin pris en compte les problématiques de « Serviceability » autrement de maintenance aisée et d’accès simplifié aux composants remplaçables. Un « détail » qui compte pour les entreprises.

3/ La productivité mobile de demain se fera en double écran

Avec Surface Duo (smartphone double écran sous Android) et Neo (tablette double écran sous Windows 10X), Microsoft entrevoit un nouveau marché. « Ce ne sont pas juste des nouveaux produits mais les prémisses d’une nouvelle catégorie, l’informatique ‘dual-screen’ mobile » dixit Yusuf Mehdi, VP Microsoft Modern Life.  Pour l’éditeur, il existe entre le smartphone et le PC, un ensemble d’usages notamment professionnels non satisfaits par les tablettes. Ce format double écran peut potentiellement inaugurer une nouvelle vague d’innovations mais il faut pour cela imaginer l’ergonomie qui l’accompagne.
C’est tout le problème des Huawei Mate X et Samsung Galaxy Fold. L’écran pliable est limité (dans les rotations possibles) et fragile. Mais ce qui nuit, c’est l’ergonomie qui reste finalement trop mono-écran. Comme pour un PC, mieux vaut deux écrans séparés qu’un seul élargi, car l’objectif est avant tout de pouvoir faire deux choses simultanément avec un confort égal et une interaction totale entre les deux tâches.
Bref, Microsoft est persuadée que sur un smartphone comme Surface Duo, ou un ordinateur de poche comme Surface Neo, l’utilisateur sera plus productif et plus habile grâce à cette dualité d’écran. D’autant que dans un contexte d’entreprise et d’usages métiers, une telle configuration « double-action » peut effectivement offrir une expérience plus simple et plus efficace, bref plus adéquate.

4/ La bataille ne se joue pas sur les OS

Le fait que la Surface Duo soit animée par Android fait couler beaucoup d’encre. Sans raison. Pour Panos Panay, « Il y a une réalité que l’on ne peut ignorer. Au final, il faut être là où les applications sont, là où sont les opportunités que les gens se sont appropriées, là où les développeurs y tirent un avantage ». Pour Satya Nadella, « les systèmes d’exploitation (ndlr : quels qu’ils soient) ne constituent plus la couche la plus importante. À nos yeux, l’expérience et le modèle applicatif importent davantage ». Autrement dit, on doit pouvoir offrir une expérience commune et un modèle applicatif commun quels que soient les OS sous-jacents. Et c’est là toute la stratégie à venir de Microsoft avec Surface Neo et Surface Duo, mais aussi probablement la philosophie qui va guider le développement de Windows dans les prochaines années.

5/ Android est l’alter-ego de Windows pour Microsoft

La nouvelle vision « peu importe l’OS », exposée ci-dessus, veut prendre une nouvelle dimension avec les expériences « Dual Screen » mobiles.
Mais elle n’est pas tout à fait nouvelle chez Microsoft. Après tout, toute la suite Office 365 est très présente sur Android (comme sous iOS) et offre déjà des expériences cross-plateformes très avancées avec OneNote, OneDrive ou Microsoft ToDo par exemple. Et Microsoft a quelques développements Android majeurs affichant de très hauts scores de téléchargement (plus de 500 millions) : SwiftKey, Microsoft Launcher, …
En outre les interactions Android/Windows 10 s’enrichissent à chaque mise à jour du système et de l’application « Votre téléphone ».
Enfin, Android est une plateforme prise en charge dans ses moindres subtilités par la plateforme de management et de sécurisation de la mobilité Microsoft Intune.
Le marketing Microsoft commence déjà à marteler que Surface Duo veut offrir le meilleur de Microsoft et le meilleur d’Android sur un même appareil.

6/ Microsoft cherche à fluidifier le passage entre les devices

Microsoft veut améliorer la fluidité de l’expérience pour l’utilisateur qui passe du smartphone au « Dual Screen » et du « Dual Screen » au PC.
Mais l’éditeur, si l’on en croit les vidéos de présentation des Surface Neo/Surface Duo, veut surtout s’assurer que l’expérience utilisateur sera extrêmement similaire malgré les différences d’OS. Ce qui laisse supposer qu’il a quelques idées en tête pour avoir un Shell/Bureau commun sur les deux appareils probablement en rapprochant ou fusionnant son Microsoft Launcher sur Android et son nouveau CShell (Composable Shell) sous Windows 10X.

7/ Vers deux modèles applicatifs communs : PWA et UWP

Pour concrétiser sa vision, Microsoft va devoir offrir de nouvelles armes aux développeurs d’Apps.
L’éditeur a annoncé son intention d’en dévoiler plus sur le sujet dans les semaines à venir. Nul doute que ces armes seront au coeur de la future conférence Build 2020 à Seattle dédiée aux développeurs.
Il est fort probable que la stratégie suivie aille dans deux directions parallèles :
* PWA (Progressive Web Apps) qui permet de développer des applications cross-plateformes avec les technologies du Web et qui est déjà largement supporté par Windows 10 et par Android. Une technologie qui intéresse aussi fortement les entreprises qui ont du mal à jongler avec des développements Web, Windows et Mobiles et cherchent à minimiser les efforts de développement.
* UWP (Universal Windows Platform), une idée introduite avec Windows 8 et Windows 10 et que Microsoft n’a cessée de triturer cherchant à obtenir une architecture homogène cross-devices et moderne. Il est temps pour Microsoft de faire converger ses plateformes de développement mobiles (Xamarin), de développement Windows (UWP) et de développement cross-plateforme (.NET Core).
Et le « Dual Screen » lui en offre l’opportunité puisqu’il va falloir offrir aux développeurs de nouvelles API cross-plateformes. Une belle occasion pour également renforcer l’adoption de ses plateformes Cloud comme Microsoft Graph ou Microsoft PlayFab essentielles à la concrétisation d’expériences cross-plateformes/cross-devices.
Évidemment, ni Google, ni Apple, ne laisseront Microsoft s’étendre sur ce nouveau marché s’il existe véritablement. Ce qui ne simplifiera pas la tâche de Microsoft ni celle des développeurs. Mais c’est un autre débat.

8/ Le Stylet et la Voix complètent les doigts

Surface a popularisé le stylet bien avant qu’Apple s’y convertisse avec l’iPad Pro. La voix s’est bien installée dans les usages mobiles au travers des assistants sur smartphone et des objets d’informatique ambiante (Google Home, Amazon Alexa). Quant au tactile, il est indissociable de nos écrans mobiles. Pour autant, ces trois expériences sont essentiellement vécues séparément.
L’univers « Dual Screen » initié par Microsoft semble vouloir proposer des expériences mêlant réellement les trois interactions. Le « form factor » de ces appareils s’y prêtent effectivement bien.

9/ Le Dual-Screen sera-t-il le terminal de la 5G ?

La 1G et 2G ont popularisé l’idée du téléphone mobile. La 3G et la 4G ont favorisé l’effervescence des Smartphones. Chaque génération a eu son terminal de prédilection. La 5G pourrait bien être un ingrédient essentiel au succès de ces nouveaux appareils mobiles « Dual Screen ». Microsoft n’a pas précisé si sa Surface Duo serait équipée 5G. Mais on voit mal comment un terminal premium lancé fin 2020 pourrait ne pas l’être.

10/ Le modèle présenté est probablement éloigné du modèle final

En annonçant un an à l’avance ses Surface Duo et Neo, Microsoft peut initier en avance de phase un indispensable dialogue avec les développeurs. Mais la firme prend un risque en dévoilant ainsi sa stratégie. Il est fort probable que les appareils présentés lors de la conférence évoluent d’ici la sortie finale. Tout porte à croire que l’actuel processeur du Surface Duo n’est que temporaire et que les exemplaires ne disent pas toute la vérité notamment en matière d’appareils photo et d’ergonomie.