La lune de miel n’aura pas duré bien longtemps : effective depuis quelques mois, la fusion entre Sopra et Steria vient d’aboutir au départ de François Enaud, directeur général du groupe.

Ce départ intervient alors que le groupe vient pourtant d’annoncer des résultats plutôt satisfaisants pour 2014. La partie Sopra a ainsi atteint un chiffre d’affaires de 1,482 Md€. C’est une croissance de 9,9 % d’une année sur l’autre, et c’est aussi dans la ligne des objectifs avancés.

Pour ce qui est de Steria, le chiffre d’affaires s’élève à 1,887 Md€, soit une croissance de 7,5 %.

Un historique de Sopra prend les rênes

À taux de change et périmètre constant, la croissance organique a été de 4,7 % sur la partie Sopra et de 6 % sur Steria. Malgré la belle performance de Steria, François Enaud est donc écarté et remplacé par Vincent Paris. L’ancien directeur général délégué du groupe est un homme historique de Sopra. Le directeur général adjoint s’appelle désormais John Torrie, arrivé chez Steria en 2002.

L’entreprise de services informatiques a, par ailleurs, annoncé tabler sur un repli de sa marge opérationnelle pour 2015. Cette prévision pessimiste, ajoutée au départ de François Enaud, ont entraîné une chute de près de 5 % de l’action Sopra Steria.