[EMC World 2012] Le constructeur a dans ses cartons un Project Thunder pour accélérer par trois les NAS et un Project X pour héberger des bases de données ultrarapides.

Demain, EMC proposera des solutions de stockage qui ne contiendront que des unités de mémoire flash. C’est ce que suggère l’annonce de Project Thunder et Project X, deux projets matériels révélés en avant-première au salon EMC World de Las Vegas. Attendu pour le second semestre, Project Thunder servira de cache pour les serveurs de fichiers (NAS) du réseau. C’est-à-dire qu’il s’agira d’une machine tampon à accès ultrarapide dans laquelle les données les plus sollicitées séjourneront le temps de leur utilisation.

Il contiendra les cartes PCIe VFCache qu’EMC avait lancées en février dernier. Mais si, à l’époque, il s’agissait juste de mettre une ou deux cartes de cache dans les NAS eux-mêmes, il est cette fois-ci question de proposer une machine dotée d’une quinzaine de ces cartes et qui sera reliée aux NAS par l’intermédiaire d’une connexion infiniband. En configuration maximale, Project Thunder pourrait proposer un cache de 15 To. Les cartes VFCache accélèrent par trois les débits de données et réduisent de 60é#160;% les temps d’accès.

Des baies où les modules flash remplacent les disques

Project X est sur le papier la même chose que Project Thunder, si ce n’est qu’il s’agira d’une baie de stockage à part entière, à relier à un NAS ou un serveur de base de données, pour faire office de disque ultrarapide. Techniquement, Project X ne contiendra pas de cartes VFCache, mais des modules de mémoire flash de la marque israélienne XtremIO, rachetée par EMC il y a quelques semaines à peine. Les baies de stockage Project X pourraient s’enchaîner les unes derrière les autres pour faire grimper la capacité totale de stockage. EMC n’a cependant pas encore communiqué de taille maximale.

A l’instar des baies de stockage tout en flash proposées par Violin Memory, les baies Project X risquent de coûter cinq fois plus cher, à capacité égale, que les baies traditionnelles composées de disques durs. « Ces baies flash seront destinées à des marchés précis, notamment là où il est nécessaire de traiter rapidement de très grosses bases de données, notamment celles dites de big data. Mais nous pensons qu’elles serviront aussi à héberger les flottes de bureaux Windows distants, quand le VDI se sera démocratisé », indique Pat Gelsinger, le numéro deux d’EMC.