Ce 30 mars, IT for Business organisait sa grande cérémonie de remise des « DSI(N) de l’Année ». Découvrez les lauréats de cette 22ème édition !

Organisée en virtuel et à midi ce 30 mars, pandémie oblige, la 22eme cérémonie des « DSI(N) de l’Année » récompensait les projets de DSI et de leurs équipes alors que l’année 2020 a été une année très particulière pour les équipes IT.

Traverser la tempête a été en quelque sorte le thème commun de tous les DSI et de toutes les entreprises durant l’année écoulée. Moyennant un surcroît d’activité, certaines sont allées au-delà, en continuant de délivrer des projets résilients, innovants, transformateurs. Parmi elles, 23 ont déposé un dossier de candidature. Sept DSI sortent vainqueurs auxquels s’ajoute un huitième lauréat recevant le prix un peu à part du « manager numérique de l’année » (qui ne récompense pas une ou un DSI, mais une ou un patron d’entreprise ayant insufflé un vent numérique transformateur).

Au chapitre des inquiétudes, on notera que seulement deux DSI femmes ont déposé un dossier cette année. De même, seuls deux DSI membres du Cigref se sont prêtés au jeu cette année, les grandes entreprises étant étrangement absentes du concours même si l’année pandémique écoulée a forcément freiné la réalisation de bien des projets qui ont été déportés sur l’année 2021.

Organisée avec le concours du Cigref et le partenariat actif d’Accenture, Alcatel-Lucent, Axway et Nutanix, la 22ème cérémonie de remise des prix « DSI(N) de l’année » a été animée par Frédéric Simotel (éditorialiste de BFM Business) et Pierre Landry (rédacteur en chef d’IT for Business).

Une remise des prix précédée du témoignage de Benjamin Dutreux, skipper du dernier Vendée Globe qui en connait forcément un rayon sur être résilient au milieu d’une tempête. Son intervention a été suivie d’une table ronde avec Thomas Maloury et Philippe Guimier sur « Dans un environnement complexe, la machine fait parfois aussi bien que l’humain » avec une présentation de Virtual Regatta.
La résilience était aussi au cœur du débat qui a suivi, mené par Corinne Dajon d’AG2R La Mondiale, Sophie Pourchet de la Fondation de France et Gille Lévêque du Groupe ADP. Un débat conclu par l’éclairage de Yves Bernaert, Technology Europe CEO d’Accenture.

Au final, 7 DSI, 1 Manager et 9 prix ont été remis. Les gagnants sont :

PRIX « DSI FOR GOOD » : Alice Guehennec, directrice du numérique et des systèmes d’information, groupe Saur.

Pour le Jury, « son projet de transformation a une légitimité naturelle dans la catégorie DSI for Good parce que les solutions digitales qu’elle développe contribuent à préserver une ressource vitale : l’eau ».
Elle n’avait pas vraiment cherché à concourir dans cette catégorie mais l’a emporté aisément !

PRIX « DSI AUGMENTÉ » : Yann Ludmann, directeur des solutions et innovations numériques, Nexity

Nexity est « datacenterless » depuis juillet 2019, avec 90 % de cloud public et 10 % de cloud privé infogéré. La candidature déposée par Yann Ludmann est un véritable « Livre des succès » où le cloud, le collaboratif, les technologies 3D, l’IoT et les services innovants jouent des rôles prédominants.
Yann Ludmann a positionné son employeur comme pionnier de l’immobilier connecté et mérite plus que tout autre, avec ses équipes, ce trophée de « DSI Augmenté ».

PRIX « DSI RESILIENT » : Aymeric Lacroix, DSI, Adenes

Candidat dans la catégorie DSI Résilient, Aymeric Lacroix aurait pu tout aussi bien émerger dans la catégorie DSI Augmenté, DSI Transformateur ou DSI Orchestrateur tant les projets qu’il a initiés sont pluridisciplinaire.
Mais son projet de plateformisation a joué un rôle clé durant l’année de confinement écoulée, permettant à Adenes d’exploiter de nouveaux services innovants.

PRIX « DSI TRANSFORMATEUR » : Raphaël Hélion, CITO & CDO, PwC France et Maghreb

Dans cette catégorie très disputée, Raphaël Hélion s’est détaché par la trajectoire suivie pour transformer sa DSI en centre de profits et en faire une entité d’expérimentation et de création de produits que les métiers de PwC peuvent embarquer dans leur offre. Le jury a particulièrement apprécié, dans son dossier, la mise en avant de son équipe « de choc » : « Il a mis ses collaborateurs au centre du changement » expliquent les membres du jury qui rappellent qu’il n’y a pas de transformation numérique sans transformation des collaborateurs. « C’est le plus beau dossier de transformation » estime le jury.

PRIX « DSI RECONSTRUCTEUR » : Michaël Cohen, CTO, Eksaé

En pleine pandémie, la cession par Cegid de sa branche d’édition et de services pour le secteur public est sans conteste un beau projet de reconstruction d’un système d’information mené par Michaël Cohen. Lui-même reconnaît qu’il s’agissait là du « plus gros projet de ma carrière ». Le jury a apprécié cette migration-révision de « fond en comble » d’un système d’information et a ainsi justement salué les efforts de reconstruction et modernisation opérés par le CTO et ses équipes.

PRIX « DSI ORCHESTRATEUR » : Robert Auffray, senior vice-président, Schneider Digital

Son dossier, « l’un des plus aboutis », a estimé un membre du jury, fait montre d’une stratégie sans faille et de grandes qualités de leadership pour embarquer les collaborateurs de la DSI et les métiers dans la transformation de Schneider Electric.
Par ce prix, le jury salue une orchestration du changement particulièrement maîtrisée.

DSI « COUP DE CŒUR » : Lionel Babin, DSIN de l’association Les Petits Frères des Pauvres

Chaque année, certains dossiers séduisent particulièrement le jury sans pour autant se hausser en tête d’une catégorie. Cette année, le jury a décerné à l’unanimité son « coup de cœur » à Lionel Babin, crédité de points dans les catégories DSI Résilient, DSI Reconstructeur et DSI Orchestrateur. Le jury a trouvé en lui un DSI motivé qui a réussi à faire beaucoup de choses avec peu d’effectifs et de moyens, même pendant la crise. « C’est quelqu’un qui prend les sujets à bras le corps et qui optimise. C’est très en phase avec ce que l’on attend de notre profession », a précisé un membre du jury.

PRIX DU « MANAGER NUMÉRIQUE DE L’ANNÉE »: Patrick Pouyanné, PDG de Total

Remis par la rédaction, ce prix salue la stratégie impulsée par un capitaine de navire surfant sur les océans numériques.
Améliorer les performances opérationnelles tout en développant de nouveaux services et en assumant la promotion d’une transition vers la neutralité carbone : la ligne directrice du PDG de Total lui vaut le prix du manager numérique cette année.

GRAND PRIX « DSI DE L’ANNÉE » : Alice Guehennec, directrice du numérique et des systèmes d’information, groupe Saur.

Le Graal est donc remporté cette année par Alice Guehennec et ses équipes. Notre « DSI for Good » de l’année a séduit le jury par son ambition projet de transformation destinée à améliorer la performance des opérations de l’entreprise avec des budgets publics désormais plus contraints et une volonté de préserver l’une des ressources naturelles les plus précieuses : l’eau. Avec toutes les félicitations du Jury et des membres de la rédaction !

Retrouvez tous les projets élus et les portraits des lauréats dans le nouveau numéro du magazine IT FOR BUSINESS : N°2259, mars 2021. Le dossier présente également une section « Que sont-ils devenus? » qui revient sur les trajectoires des lauréats des années précédentes!

LE JURY 2021 DES DSI(N) DE L’ANNÉE :

VÉRONIQUE PUCHE, présidente du jury et DSI de la Cnav (DSI de l’année 2019)
THOMAS CHEJFEC, DSI d’Haulotte, distingué en 2010 et 2018
MALIKA PASTOR, DSI de Colliers International, primée en 2019
VÉRONIQUE SINCLAIR, DSI d’Edenred France, distinguée en 2016
SÉBASTIEN VALLA, DSI de la Métropole de Saint-Étienne, primé en 2019
PASCAL WRONSKI, DSI de Vespieren, primé en 2019
HENRI D’AGRAIN, délégué général du Cigref
PIERRE LANDRY, rédacteur en chef d’IT for Business
PATRICK BREBION, rédacteur en chef adjoint d’IT for Business