Pour réduire l’empreinte environnementale numérique de ses utilisateurs tout en contribuant au développement de l’économie sociale et solidaire, le Groupe Servier vient de confier la gestion de fin de vie d’une partie de ses équipements à ATF Gaia.

Contrairement à la croyance populaire, les datacenters ne sont pas les premiers pollueurs de l’IT. Pour être réellement écolo, la DSI devrait commencer par « éteindre ses utilisateurs » ! C’est en effet ce qu’il ressort des résultats préliminaires de l’étude « Empreinte environnementale du numérique mondial » de GreenIT.fr à paraître en octobre prochain. Loin devant le datacenter qui n’arrive qu’en troisième et le réseau, l’utilisateur est le tiers qui pèse le plus lourd en termes d’empreinte environnementale du numérique. Son appétit informatique jamais rassasié combiné à des renouvellements de parcs de poste de travail en entreprise réguliers mais pas toujours fondés a un impact non négligeable.

Selon GreenIT.fr, l’environnement de travail des utilisateurs est en effet la principale source d’impact avec 27 % du bilan énergétique, 35 % des émissions de gaz à effet de serre (GES), 41% de la consommation d’eau et 50 % de l’épuisement de ressources. C’est surtout la fabrication des équipements qui concentre les impacts et la mise en œuvre d’une politique de gestion de fin de vie de ses matériels IT peut fortement contribuer à réduire l’empreinte.

Dans cette perspective, le groupe pharmaceutique Servier a confié à la société ATF Gaia la mission d’effacer les données, d’anonymiser et de traiter 3.300 matériels IT (unités centrales, portables, serveurs, iPad, écrans, imprimantes, matériels réseau, câbles…) en vue de leur réemploi ou recyclage.  À l’issue de ce projet initié en 2018, 69 % des équipements concernés ont été reconditionnés et le reste a été recyclé.

Au passage, et comme souvent dans le domaine du recyclage du matériel IT, le réemploi et le recyclage sont réalisés par des entreprises « adaptées » qui participent au développement de l’économie sociale et solidaire ou du handicap. En confiant l’opération à ATF Gaia, Servier a ainsi favorisé la création de trois emplois occupés par des travailleurs en situation de handicap.