Depuis le mois de mars dernier, le sort de la société Dell est suspendu à des successions d’enchères concurrentes. Le plan de reprise de Michael Dell semble avoir les faveurs du conseil d’administration.

Dernier rebondissement dans le feuilleton du rachat de Dell, le comité spécial du conseil d’administration du constructeur informatique a de nouveau appelé, aujourd’hui, mercredi 5 juin 2013, les actionnaires à voter en faveur du plan de rachat de son fondateur Michael Dell, affirmant qu’il manque « potentiellement 3,9 milliards de dollars pour financer » l’offre concurrente de l’investisseur Carl Icahn.

La préférence Dell

Lors d’une présentation aux investisseurs, Dell a insisté sur « l’écart de liquidité significatif entre la recapitalisation proposée par Carl Icahn et le fonds Southeastern » et l’offre « supérieure, immédiate et sûre » de Michael Dell associé au fonds d’investissement Silver Lake Partners.

Le comité spécial du conseil d’administration de Dell appelle à voter pour l’offre de rachat à 13,65 dollars par action de Michael Dell et du fonds Silver Lake, rappelle la présentation. Cette offre assure « 4 milliards de dollars de valeur ajoutée » malgré « un marché des PC qui se détériore », ajoute cette présentation.

Cet appel aux votes se positionne en opposition directe à l’appel à l’abstention lancé la semaine dernière par Carl Icahn. Michael Dell a proposé 24,4 milliards de dollars pour reprendre la main sa société la semaine dernière.

Michael Dell, plus gros actionnaire

Carl Icahn et Southeastern Asset Management proposent, quant à eux, que les actionnaires conservent leurs titres et reçoivent un versement exceptionnel de 12 dollars, au choix en numéraire ou en nouvelles actions. Carl Icahn, qui possède 5% de la société, et Southeastern (8% environ) disent détenir environ 12,7% de Dell, un peu moins donc que Michael Dell, premier actionnaire avec quelque 14%, et surtout encore auréolé de la réussite de son entreprise quand il la dirigeait directement avant son départ en 2004 et son retour en 2007.

Guerre des enchères

Après avoir quitté la bourse en février dernier, Dell fait beaucoup parler de lui depuis la mi-mars. Pas pour ses nouveaux produits. Pas pour ses parts de marché. Pas non plus pour un éventuel partenariat privilégié avec Microsoft ou ARM. Non, Dell occupe l’espace à cause du combat qui oppose deux repreneurs potentiels. Au point que le Wall Street Journal parlait, fin mars, d’une « guerre des enchères », même si, à l’époque les acteurs n’étaient pas les mêmes. Michael Dell n’était pas encore entré dans la danse. A sa « place », on trouvait un fonds appelé Blackstone Group qui a jeté l’éponge le 18 avril dernier.

A lire aussi :
Dell enregistre un sixième trimestre de chute de son bénéfice net – 17/05/2013

Source :
Wall Street Journal