HP a demandé de surseoir au 28 février 2014 le procès qui l’oppose à ses actionnaires concernant le rachat d’Autonomy, qui s’est avéré être un véritable fiasco. Ce délai supplémentaire devrait permettre à l’entreprise de se défendre contre les revendications des actionnaires, voire même les rejoindre en poursuivant Autonomy.

Pour mémoire, HP avait racheté cette société en 2011 pour plus de 10 Md$ avant de s’apercevoir que son ancien CEO, Mike Lynch, avait peut-être trafiqué les livres de compte. Le géant IT avait alors accusé une perte de 8,8 Md$ pour couvrir les charges liées à ce rachat.

Les mauvais résultats 2012 avaient incité une partie des actionnaires à engager une procédure contre le groupe et sa dirigeante, Meg Withman, sous le prétexte que HP aurait dissimulé la surévaluation des performances d’Autonomy.