Le constructeur propose une nouvelle version de sa mémoire à changement de phase. Plus réactive que la flash, moins chère à produire que la DRAM, elle pourrait bientôt conquérir les datacenters d’entreprises. IBM précise que sa PCM présente une densité record (3 bits/cellule) qui permettra d’augmenter sa capacité.

Ce nouveau produit pourrait favoriser l’adoption de la PCM, dont l’usage n’est pas très répandu du fait de son prix élevé. Aujourd’hui, la technologie a tout pour plaire : accès aux données plus rapide (moins d’1 microseconde), durée de vie allongée (jusqu’à 10 millions de cycles d’écriture), résistance aux effets de chaleur et au phénomène de dérive. IBM n’envisage pas de production à grande échelle avant 2-3 ans.