Avec Watson Analytics, IBM adopte une approche métier pour trouver de nouveaux débouchés pour son programme d’intelligence artificielle.

Basé sur trois fonctions clés, ce nouveau service est censé « réinventer l’univers de l’analytique », promet l’américain. Pour cela, Big Blue présente sa solution sous la forme d’un service hébergé en cloud (sur IBM SoftLayer) et disponible en version freemium. Pour intégrer plus de données à analyser, l’entreprise devra ensuite s’abonner, sur le modèle du Software-as-a-Service.

« Construite sur l’expertise d’IBM en matière d’informatique cognitive et de traitement du langage naturel, cette technologie maîtrise le langage des affaires et encourage les personnes à interagir avec la donnée de façon naturelle », affirmeIBM.

Langage naturel

Destiné aux fonctions marketing, commerciales, informatiques, financières, Watson Analytics repose sur une base de données fournie par le métier. Effectuant ses propres analyses et prédictions qu’il tire de ses croisements de données et de son apprentissage constant (machine learning), Watson se base sur des questions en langage naturel et réalise des propositions sous forme de graphique.

Un professionnel du marketing pourra par exemple demander « quels sont les moteurs essentiels de la vente de mes produits ? », un responsable des ressources humaines « quels avantages favorisent le plus l’engagement de mes employés ? » ou bien un commercial « quelles ventes ont le plus de chances d’aboutir ? ».

Ouvert sur invitation en version bêta, Watson Analytics sera disponible à travers l’IBM Cloud Marketplace en novembre.