Comment favoriser l’accessibilité des sites web aux personnes handicapées ? Voici la question à laquelle le groupe Jouve tente de répondre au travers d’un livre blanc intitulé « Accessibilité numérique ».

Les premières initiatives ont été prises en 1996 pour améliorer l’autonomie des utilisateurs en situation de handicap – notamment visuel. Mais une étude de l’association Braillenet indique qu’aujourd’hui, moins de 4 % des sites Internet publics français, sur 600 examinés, répondent aux normes en vigueur. Ces sites sont pourtant tenus de se conformer aux exigences du RGAA, le référentiel général d’accessibilité pour les administrations, qui s’applique notamment à la télévision et à la téléphonie.

Le secteur privé est, de même, dans l’obligation de respecter un niveau de recommandations (niveau A) édictées par le consortium de bonnes pratiques W3C. Ainsi, tous les contenus et services liés au recrutement doivent être accessibles.

Des bénéfices à la clé pour les entreprises

Le livre blanc, rédigé par Estelle Renaud, consultante AMOA, ergonomie et accessibilité, au sein du groupe Jouve, détaille ainsi toutes les actions à mettre en pratique pour combler le déficit en matière de respect des normes en vigueur.

Vocalisation des contenus, navigation en langage des signes ou encore personnalisation de l’affichage : de nombreuses mesures s’imposent, mais le défi est à la hauteur des exigences.

« Les bénéfices de l’accessibilité sont multiples et au-delà de la démarche citoyenne. L’accessibilité permet notamment d’augmenter le nombre d’utilisateurs, d’être mieux référencé par les moteurs de recherche et de favoriser la consultation multi-supports », conclut Estelle Renaud.