La start up Uneek propose un réseau social d’entreprise étendue, jusqu’à des fonctionnalités simplifiées de CRM et de gestion de projet.

Plus habitué au secteur automobile qu’à l’édition logicielle, Arnaud Sander se lance pourtant, en 2008, dans le Saas (Software as a Service), afin de créer une plate-forme collaborative pour les entreprises. Une bonne vision du besoin utilisateur compense son manque de compétences techniques. « Quand j’étais directeur d’usine, les équipementiers se rencontraient à l’initiative du constructeur automobile pour aborder les problématiques liées à l’organisation du temps de travail, à la gestion de la qualité…, raconte Arnaud Sander. J’ai vite compris que les réseaux professionnels Xing, Linkedin et Viadeo ne répondaient pas aux besoins professionnels quotidiens. Leurs usages se limitaient à la prospection commerciale et à la recherche d’emploi, mais ils ne s’intéressaient pas aux relations pérennes entre acteurs économiques. »

Ne pas bousculer les habitudes

Lancée fin 2009,  Kosmopolead est conçu comme un portail applicatif (voir capture d’écran ci-dessus). Il intègre des fonctionnalités collaboratives classiques – profils détaillés remplis par les utilisateurs, mise en relation avec acceptation mutuelle, messagerie, partage de documents, blogs – et des fonctionnalités simplifiées de CRM (voir capture ci-dessous). Ces dernières aident au suivi des conversations, des tâches, des relances par courriel et des rendez-vous. Une association pourra, par exemple, planifier les e-mails de relance pour les cotisations.

La start up compte ses principaux clients parmi les associations d’anciens diplômés d’école d’ingénieur et de commerce, ainsi que parmi les PME multisites. « Nous ne voulons pas créer de rupture dans les usages quotidiens des utilisateurs. L’outil doit venir en complément de ce qu’ils utilisent déjà. Notre agenda est ainsi synchronisé avec celui d’Outlook », explique Arnaud Sander. L’objectif est de limiter la phase d’apprentissage de l’utilisateur.

Un réseau privé ouvert vers l’extérieur

Pour simplifier l’expérience utilisateur, il est aussi possible de suivre ses flux Twitter, Facebook, Linkedin et de poster sur ceux-ci depuis Kosmopolead. Le module Tribune (voir capture d‘écran ci-dessous) agrège les différents contenus. Les associations d’anciens élèves proposent ainsi à leurs membres de continuer à gérer les groupes Viadeo ou Linkedin qu’ils ont créé, tout en accédant à d’autres services fournis par Kosmopolead.

Les associations d’anciens diplômés sont aussi en demande de fonctionnalités plus spécifiques, comme la recherche d’informations récupérées sur les réseaux sociaux grand public et professionnels. En effet, « elles ont souvent très peu d’informations sur les anciens diplômés. Le module Perdu de vue les aide à retrouver leur trace en allant les chercher là où ils se trouvent », explique Arnaud Sander. Autrement dit, sur Linkedin, Viadéo, Facebook ou d’autres sites comme ceux qui gèrent les nominations dans les entreprises.

Un moteur de recherche qui indexe aussi le contenu externe

Une nouvelle version de la plate-forme devrait voir le jour dans les prochains mois. « Beaucoup de travail a été accompli sur la gestion des contenus hétérogènes », explique Arnaud Sander. Un nombre plus important de formats de données (bureautique, wiki, page web…) sera supporté. Et le moteur de recherche indexera non seulement ce qui se trouve sur la plate-forme, mais aussi le contenu des liens partagés.

Dans le futur, un module de conférence en ligne devrait être ajouté, ainsi que des applications pour mobiles. Kosmopolead est développé avec le Framework Ruby on Rails, utilisé par des sites comme Twitter. « Ruby est un langage de développement très structurant, les développeurs qui l’utilisent sont, de ce fait, souvent très compétents », se félicite Arnaud Sander.

 

Uneek

Nom de la start up : Uneek.

Date de création : 2008.

Domaine : collaboration.

Innovation : réseau social avec des fonctionnalités de gestion de projet et de CRM.

Produits : Kosmopolead et Kosmopolead CRM

Siège : Nantes (44)

Financement : Oséo, 70 k€ sous forme de subvention pour l’étude de faisabilité, et garantie prêt bancaire de 160 k€ ; 190 k€ de fonds propres ; capital social : 100 k€.

Nombre d’utilisateurs : 25 000 utilisateurs individuels

Prix : solutions en mode Saas avec deux systèmes de tarification. Pour les entreprises, le coût moyen est de 2 € par utilisateur et par mois. Pour les associations, il est de 0,20 € par mois par cotisant à l’association.

Profils des clients : associations d’anciens élèves et PME multisites.

Le fondateur : Arnaud Sander, 40 ans, gérant, ingénieur des Arts et métiers et MBA d’Audencia. @arnaudsander