Dans l’univers IT, attirer les talents est une gageure. Une nouvelle étude Hired trace les préoccupations de ces profils techniques si recherchés…

Les entreprises doivent leur succès aux femmes et hommes qui y travaillent. Attirer les talents est une priorité et un challenge, particulièrement pour les entreprises et les métiers de l’IT et de la Data où les compétences sont rares. Et bien évidemment, certaines marques bénéficient d’une image ou d’une aura plus attractive que d’autres.

Hired, plateforme spécialisée dans le recrutement de profils technologiques, vient de publier son index 2019 des marques employeurs. A l’international, Google, Netflix et Apple demeurent les trois plus attractives d’une manière générale. En France, Criteo, Vente Privée et Drivy composent le podium des entreprises qui ont le plus de succès auprès des développeurs et profils technologiques. Malheureusement, force est de constater qu’à l’échelon international, aucune entreprise française ni même européenne ne figure dans le Top 15 mondial largement dominé par les grands noms de la « High-Tech » américaine ! Et c’est un souci, car bien des talents mondiaux leur échappent mécaniquement.

Plus intéressant, l’étude s’est aussi penchée sur les motivations de ces profils tech recherchés. Ainsi, il semblerait que ces talents accordent désormais presque autant d’importance à la culture de l’entreprise qu’à la rémunération promise. Au niveau mondial, ils ne sont en effet plus que 53% à considérer le salaire de base comme le critère essentiel. Toutefois, 81% des profils français quitteraient volontiers leur emploi actuel pour un salaire plus élevé. Si l’on ne considère que les profils parisiens, le salaire, l’opportunité d’apprendre de nouvelles compétences, et la passion pour la mission de l’entreprise constituent le Top 3 des principales motivations. A l’échelle internationale on retrouve le même Top mais la culture de l’entreprise est privilégiée sur l’opportunité d’apprendre.
Parallèlement, au niveau international, ils sont 49% à renoncer à une marque parce que ses produits sont ennuyeux et 43% à y renoncer parce que la marque a mauvaise réputation. L’étude en revanche ne tient pas vraiment compte des disparités de « réputation » des marques d’un pays à l’autre or certaines entreprises américaines traînent une mauvaise image qu’elles n’ont pas nécessairement ailleurs. Cependant, sur les candidats français, 55% refuseraient de travailler pour une entreprise s’ils ne sont pas intéressés par la mission qu’elle s’est donnée.

La proximité demeure un critère clé dans le choix de l’entreprise. S’ils sont 33% à accepter de passer une heure dans les transports pour rejoindre leur travail, 29% (soit plus d’un quart) des profils ne prendront même pas en considération un emploi leur imposant plus de 30 minutes de transport (dans un sens). Pas étonnant dès lors de découvrir que 65% des profils IT seraient disposés à travailler tout le temps à distance (d’autant que l’audience de Hired est largement formée de développeurs).

Dernière information amusante tirée de l’étude, Elon Musk (Tesla/SpaceX), Jeff Bezos (Amazon) et Satya Nadella (Microsoft) sont les trois principaux leaders considérés comme les plus inspirants par tous ces profils. On notera que 4 femmes figurent dans le Top 10 (Sheryl Sandberg, Susan Wojcicki, Marissa Mayer et Anne Wojcicki) et que Tim Cook (le boss d’Apple) lui n’y figure pas

Source :
2019 Global Brand Health Report