Est-ce un adieu ou un simple au revoir ? Les Google Glass vont cesser d’être commercialisées à partir de ce lundi 19 janvier, moins d’un an après leur lancement, en avril dernier.

Les lunettes de réalité augmentée n’ont en fait jamais trouvé leur public : la firme de Mountain View avait ouvert quatre boutiques, à Los Angeles, San Francisco, New York et Londres, qui ont toutes dû fermer leurs portes. Pire, lancées à 1 500 $ (1300 € environ), les Google Glass sont aujourd’hui bradées à moitié prix sur le Net.

Il faut dire que ces équipements se sont heurtés, très vite, à plusieurs obstacles.

Une série de déconvenues

Le premier est venu de Google lui-même, qui a eu du mal à tenir les délais qu’il avait fixés. Prévue en 2013, l’arrivée des Google Glass est finalement intervenue un an plus tard. Six pays (Canada, Australie, Nouvelle-Zélande, Mexique, Suisse et Israël) ont, ensuite, fait publiquement part de leurs doutes sur la collecte des données par ces lunettes et sur leur utilisation, notamment sur la confidentialité de celles-ci.

En mai 2014, alors que les Google Glass sont à peine lancées, l’un des concepteurs, Babak Parviz, démissionne. Seize développeurs abandonnent à leur tour le projet en novembre, avant que les boutiques dédiées ne ferment.

C’est donc sur un constat d’échec que cette page se tourne, mais Google assure qu’il ne s’agit pas d’une fin définitive. L’un des concepteurs de l’iPod, débauché depuis, en préparerait une nouvelle version pour cette année…