Privé, public ou hybride, la quasi-totalité des entreprises françaises savent ce qu’est le cloud computing, qu’elles l’aient déployé ou non.

A en croire une récente étude IDC, 93 % des entreprises françaises connaissent, ou sont en train d’évaluer ou encore ont déployé des services de cloud computing. La notoriété du cloud est ainsi plus forte dans l’Hexagone que partout ailleurs en Europe.

En revanche, les entreprises du Royaume-Uni et allemandes achètent le plus de services Cloud, la France se plaçant en troisième position. Ces deux voisins européens n’hésitent pas à utiliser le cloud (privé, public ou hybride) dans des domaines critiques comme l’infrastructure et stockage. « Les entreprises françaises utilisent le cloud pour des applications de commodité, telles que la messagerie électronique, le CRM, la bureautique ou les applications collaboratives  », explique Sébastien Lamour, analyste senior chez IDC.

Les entreprises françaises, early adopters du cloud public

Selon les prévisions du même cabinet, entre 2010 et 2015, l’utilisation du cloud public dans un but professionnel connaîtra un taux de croissance moyen annuel de 38 % en France, le plus important d’Europe.

En 2010, entreprises et administrations françaises ont dépensé 527 millions d’euros dans de telles solutions. D’ici à la fin de cette année, ce chiffre atteindra 846 millions d’euros, dont 63 % représenteront la vente de logiciels (Saas).