Le ransomware a été le gagne-pain des cybercriminels pendant les deux dernières années, mais une nouvelle martingale commence à l’éclipser dans l’arsenal des cybercriminels : le cryptojacking. Un code malveillant se charge d’utiliser les ressources des PC ou des serveurs à l’insu des utilisateurs pour générer de la monnaie virtuelle (Bitcoin, Monero, etc). Relativement simple et terriblement rémunérateur pour les pirates. Depuis la fin de l’année 2017 et l’emballement du prix du Bitcoin, la vague de cryptojacking a pris de l’ampleur.

Symantec indique dans son rapport CISR que ce procédé représentait 24% des attaques en décembre et de 16% sur le dernier trimestre 2017. Mais le chiffre le plus parlant est la progression du cryptojacking, 8500%.

Lire la suite sur ConvergencIT