Trois ans après son lancement, l’école IA de Microsoft rencontre un succès incontestable. Succès dont les pouvoirs publics pourraient bien s’inspirer pour relever les défis de la formation professionnelle en France. Explications…

Réalisé en partenariat avec l’organisme de formation Simplon, le programme école IA de Microsoft fête ses trois ans. Et le succès est au rendez vous puisque cette initiative a déjà permis de former 500 apprenants. Décliné en 24 écoles, l’initiative est aujourd’hui présente dans 9 régions françaises. Elle cible les demandeurs d’emploi en particulier avec une moyenne d’âge aux alentours de 30 ans sur les dernières promotions. Ambitieux, l’objectif de Microsoft est d’atteindre les 1000 apprenants d’ici 2022 avec 640 personnes formées dès cette année.

Autre point positif de ce programme, 90% des personnes formées ont trouvé un emploi sur la promotion 2019. En raison du contexte économique précaire lié à la pandémie, les chiffres de la cuvée 2020 sont légèrement en recul avec un pourcentage de 77,5%. « Mais nous sommes très confiants, précise Carlo Purassanta, Président de Microsoft France. Sur le long terme, notre objectif est d’être entre 80 et 85% de sorties positives du programme ».

Réduire la fracture sociale

Carlo Purassanta,
Président de Microsoft France

Autre particularité des écoles IA de Microsoft, elles militent en faveur de l’inclusion par le numérique, comme le souligne Carlo Purassanta : « La mobilisation de nos partenaires et de nos institutions a évidemment été indispensable et nous sommes fiers de contribuer avec eux à réduire la fracture numérique en France et d’agir en faveur de la diversité dans ce secteur d’avenir ».

« D’un pilote en 2018 à un réseau d’écoles regroupant deux référentiels de formation, Simplon est fier de présenter un premier bilan de son projet avec Microsoft France. Continuons ensemble de développer les compétences en IA et autour du cloud, de favoriser l’emploi et la diversification des profils, et cela partout en France ! », ajoute Louise Joly, Directrice des Ecoles Microsoft by Simplon.

Au-delà des demandeurs d’emploi, les écoles IA Microsoft constituent en effet une réponse aux besoins des territoires, apportant des compétences permettant de valoriser les expertises et industries locales (santé, agriculture, banque, industrie…) tout en contribuant au maintien durable et au développement de l’emploi selon Microsoft et Simplon.

Agir en faveur de l’égalité des chances et de l’inclusion

Réponse économique et pédagogique au manque de compétences, les écoles IA Microsoft s’inscrivent aussi dans une dynamique d’inclusion. En 2020, la promotion  « Intelligences Atypiques », était dédiée aux autistes de type Asperger.
Un an plus tôt, la promotion « Ambition Féminine » était composée de 80% de femmes, portant le taux global de femmes sortant de ces écoles IA à 30%. Microsoft espère parvenir à 50% rapidement, un objectif ambitieux quand on connait le manque de sensibilisation des femmes aux métiers du numérique.

Pour intégrer ces écoles, les apprenants doivent connaitre un premier langage informatique mais aucun diplôme n’est requis. D’ailleurs, sur les précédentes promotions, 25% des apprenants avaient un niveau BAC ou inférieur au BAC. Ils sont aujourd’hui diplômés en IA, le programme délivrant depuis juillet 2020 un titre à finalité professionnelle de niveau 6, équivalent à BAC +3.

Un modèle original qui fait recette

Thibault Guilluy, Haut-commissaire à l’emploi et à l’engagement des entreprises chez Ministère du Travail

Pour mémoire, les écoles IA Microsoft ont ceci de particulier qu’elles apparaissent là où les entreprises sont à la recherche de talents. Chaque école est en effet sponsorisée par des entreprises partenaires, comme le Crédit Agricole Pyrénées Gascogne (CAPG), par exemple, qui a participé au financement d’une promotion en 2019 afin de contribuer au développement de nouveaux talents dans sa région.
Véritables parties prenantes dans le projet, ces entreprises accueillent les apprenants en alternance pendant un an, après 7 mois de cours intensifs sur l’algorithmie, le traitement des données et l’utilisation des technologies.

Forte d’un écosystème de 110 entreprises partenaires, Microsoft doit également son succès aux liens étroits établis avec les organismes publics, qu’ils soient régionaux ou nationaux. Les écoles IA sont en effet soutenues par Pôle Emploi qui participe au financement et au recrutement mais aussi des OPCO (opérateurs de compétences). Elles sont également saluées par Thibault Guilluy, haut-commissaire à l’emploi et à l’engagement des entreprises qui, sur le ton de la plaisanterie, souhaite à Microsoft « autant de succès avec ses écoles qu’avec Windows 95 ».

Une formule étendue à de nouveaux domaines

Fort de ce succès, Microsoft a non seulement décidé de poursuivre son programme en augmentant le nombre d’écoles IA mais aussi d’étendre la recette à de nouveaux domaines. L’éditeur a ainsi annoncé le lancement de nouvelles écoles dédiées au cloud et aux Business App (sur le thème du No-Code/Low-Code et des Citizen Devs) sur le même modèle.

Ouverte en septembre 2020, l’École Cloud est organisée en partenariat avec Simplon qui gère déjà le volet IA.  L’École Business App de son côté vient tout juste d’être lancée (mars 2021) et repose sur un projet commun avec les organismes de formation Social Builder et WebForce3. La première promotion est sponsorisée par Avanade.

Une source d’inspiration pour la formation professionnelle

Audrey Pérocheau, Pôle Emploi

Aujourd’hui, la formule des écoles IA pourrait même sortir du giron de Microsoft pour aller alimenter nos organismes publics. Chargé par le gouvernement de lancer un marché de formations très inclusives aux métiers du numérique, Pole Emploi envisage en effet de s’inspirer de la recette pour réaliser le cahier des charges de l’appel d’offres, ainsi que le souligne Audrey Pérocheau, directrice du développement dans les compétences dans les territoires de Pole Emploi : « en termes d’ingénierie pédagogique mais aussi par leur grande intégration avec le réseau des entreprises, les écoles IA sont des sources d’inspiration ».

« Ce programme IA de Microsoft est exactement ce qu’on doit pouvoir promouvoir, indique aussi Thibault Guilluy dans le cadre du plan de relance du gouvernement au sein duquel le numérique est très présent. Des métiers et des horizons qui paraissaient complètement inaccessibles à des personnes en reconversion, en insertion, etc. le deviennent avec ce type d’approche par le besoin et le contexte des entreprises et la co-construction de solutions avec des acteurs de la formation, de l’insertion, etc. Notre priorité au sein du ministère du Travail aujourd’hui est de voir comment accompagner le changement d’échelle en identifiant les leviers pour aider à la croissance et au développement de ce type d’initiative exemplaire ». Et de conclure : « Face aux grands défis sociaux,  sociétaux ou encore environnementaux auxquels nous avons à faire face, l’état ne peut pas y arriver seul. Les entreprises non plus. C’est dans la capacité d’alliance, de co-construction et d’écoute qu’on va pouvoir à la fois trouver les bonnes solutions et la capacité à changer d’échelle en transposant ce modèle des écoles IA de Microsoft à d’autres secteurs ».