L'IA générative séduit très largement des collaborateurs déjà étonnamment au fait de ses usages et limites alors que la technologie à moins d'un an d'existence.

@Work

Les collaborateurs veulent plus d’IA générative dans leur vie

Par Laurent Delattre, publié le 13 octobre 2023

Une nouvelle étude montre à quel point, en moins de 10 mois, les IA génératives ont su se populariser et s’intégrer dans le quotidien des entreprises et de leurs collaborateurs. Et ceci alors même que les vraies solutions d’entreprise ne sont pas réellement disponibles.

Duet AI for Google Workspace et Microsoft 365 Copilot ne sont pourtant pas encore vraiment accessibles à tous les collaborateurs et toutes les entreprises. Pourtant, à en juger par la nouvelle étude Coveo, les collaborateurs sont déjà étonnamment au fait des capacités des IA génératives et plutôt fondus de leurs usages alors que ces technologies n’ont même pas un an d’existence !

Cette étude (réalisée auprès de 2000 adultes américains employés d’entreprises de 500 salariés ou plus) montre que malgré une couverture médiatique mettant en avant les risques de l’IA à plus ou moins long terme les individus sont enthousiastes et cherchent activement des moyens de l’utiliser chez eux comme au travail. Alors même que les entreprises en sont encore aux premières étapes de la détermination de leur prochaine étape, y compris le choix des IA à acquérir et la mise en place de politiques appropriées.


À LIRE AUSSI :

Tous fans de ChatGPT et consorts

L’étude montre ainsi que 90% des personnes interrogées ont déjà entendu parler des IA génératives (81% connaissent ChatGPT). Elles les jugent « utiles », « étonnantes », « faisant gagner du temps », « à même de rendre les choses plus faciles »…

Et 36% d’entre elles affirment même en savoir déjà « assez » ou « beaucoup » sur ces technologies, et dès lors tendent à vouloir les exploiter le plus fréquemment possible.

Autre chiffre intéressant, 56% des personnes interrogées pensent que les IA génératives peuvent leur faire gagner au moins une heure par jour dans leur productivité professionnelle.

Selon ce rapport, « 93 % des personnes interrogées se disent préoccupées par l’utilisation des chatbots GenAI, 62 % d’entre elles citent la confidentialité des données comme leur principale préoccupation et 73 % des personnes interrogées déclarent que l’exactitude des résultats est primordiale» .

Autre donnée utile, « seulement » 14% des répondants ont peur de perdre leur emploi à cause de ces IA génératives. Ils sont 35% à estimer que ces IA vont à l’inverse les aider à être plus efficaces et à trouver plus aisément les informations pertinentes dont ils ont besoin.

Des collaborateurs et clients qui réclament aussi davantage de transparence et de moyens de vérifier aisément la véracité des informations délivrées par l’IA. 66 % des personnes interrogées sont conscientes de la capacité de la GenAI à générer des textes qui semblent corrects mais qui peuvent être erronés, phénomène parfois appelé “hallucinations”.


À LIRE AUSSI :

Les DSI vont devoir accélérer sur l’IA générative

Non seulement dans les environnements professionnels, mais aussi dans les environnements personnels : ainsi une part importante des personnes interrogées souhaite que l’IA générative fasse partie de leur parcours d’achat. Bien qu’ils en reconnaissent leurs limites, environ 40 % des personnes interrogées se disent favorables à l’utilisation de chatbots GenAI dans le e-commerce et le support client. 54% s’attendent même à ce que des technologies similaires à ChatGPT fassent désormais partie de leur expérience d’achat en ligne. Une information qui doit encourager les DSI à rapidement adopter des Chatbots « GenAI » de nouvelle génération. Les consommateurs n’apprécieront bientôt plus du tout de se retrouver face à des chatbots limités dans leurs conversations et leur compréhension des interrogations en langage naturel.

Les attentes sont claires : 69 % veulent que ces nouvelles IA conversationnelles fournissent des réponses rapides et précises, 63 % recherchent des solutions, 50 % ont besoin d’aide pour découvrir les produits, et une majorité écrasante de 79 % n’ont aucune réserve quant à l’utilisation de la GenAI pour répondre aux questions des clients.

Il est cependant essentiel à leurs yeux de bien pouvoir identifier s’ils conversent avec un humain ou un robot, un sentiment partagé par 63% des répondants.

Au final, cette étude souligne une nouvelle fois l’écart actuel entre la perception et les usages des collaborateurs – mais aussi des clients – sur ces IA d’un côté et la maturité et préparation des entreprises sur ces technologies (56% des entreprises n’ont encore rien entrepris en matière de formation et de politiques d’usage). Ceci alors même qu’une étude Gartner révèle que ces IA, non orchestrées, peuvent aussi engendrer une perte de valeur ! Dit autrement, il va falloir accélérer que ce soit pour satisfaire les demandes des clients (pour éviter de se faire dépasser par la concurrence) ou les besoins des collaborateurs (pour éviter Shadow IA et multiplication des risques de sécurité).


À LIRE AUSSI :

Dans l'actualité