L’hyperconvergence a bouleversé l’approche infrastructure des DSI. Longtemps considérée comme un levier d’accélération pour le VDI et le cloud privé, elle cherche aujourd’hui à s’étendre au cloud hybride et à dompter les nouvelles approches centrées autour de Kubernetes.

Face à la montée en puissance des containers, des micro-services et de Kubernetes, les solutions d’hyperconvergence autrefois très centrées sur les VMs évoluent en essayant d’adopter ces nouvelles technologies tout en conservant la simplicité, la transparence et la souplesse d’évolution qui ont toujours été la marque de fabrique des solutions HCI. Avec comme volonté de servir de fondation à des approches hybrides plus naturelles, plus fluides, plus souples, plus faciles à mettre en œuvre, à administrer et à sécuriser.
Une sorte d’hyperconvergence des clouds notamment prônées par le pionnier des systèmes HCI, Nutanix dont le responsable France, Bruno Buffenoir, est aujourd’hui l’invité de la semaine de Guy Hervier. L’occasion de revenir avec lui sur les défis posés par les approches hybrides, sur la difficulté d’évoluer vers un monde combinant VM historiques et containers mais aussi sur la compétition que les géants du Cloud impose aux partenaires infrastructures classiques des entreprises avec des solutions comme Google Anthos, Microsoft Azure Stack ou encore Amazon ECS/EKS Anywhere. Il explique en quoi l’approche Nutanix est plus universelle que celle de ces hyperscalers clouds et revient sur l’idée développée par l’ancien CEO de Nutanix selon laquelle HCI est désormais bien plus l’acronyme d’Hybrid Cloud Infrastructure (ce qu’est aujourd’hui la plateforme Nutanix) que celui de l’hyperconvergence (HyperConverged Infrastructure).