Opération transparence autour du contrat OpenBar passé entre Microsoft et le ministère de la Défense pour la location de logiciels de bureautique. Depuis l’article du Canard enchaîné du 17 avril, les révélations se succèdent.

Opération transparence autour du contrat OpenBar passé entre Microsoft et le ministère de la Défense pour la location de logiciels de bureautique. Depuis l’article publié Canard enchaîné du 17 avril, les révélations se succèdent. Actuellement en cours de renégociation, cet accord cadre a été initialement signé en 2009 pour une durée de quatre ans. A l’époque, le rapporteur de la Commission des marchés publics de l’Etat y voyait de nombreux abandons des principes relatifs aux achats publics et une dépendance inacceptable vis-à-vis d’un éditeur privé.

Le Canard enchaîné estime, lui, que le choix de Microsoft pose de graves problèmes de sécurité et de souveraineté nationale, rappelant que le NSA, le service de renseignements américain, introduit systématiquement des portes dérobées (ou backdoors) dans les logiciels exportés. Dans un souci de transparence, Le Vinvinteur, une émission de France 5, a mis en ligne trois documents : le rapport du groupe de travail chargé d’analysé le contrat, l’acte d’engagement et le projet de renouvellement de contrat de Microsoft en 2013.