Après la suppression de 1 850 emplois début 2016, la firme de Redmond vient d’annoncer que 2 850 nouveaux postes disparaîtront d’ici juillet 2017. En 2015, le bilan total des licenciements s’était porté à 7 800.

Si Microsoft a refusé de commenter cette annonce, il semble que ce soit une fois de plus la section téléphonie qui soit vouée à souffrir le plus de ce réajustement des effectifs. Cette dernière est en effet dans le collimateur de Satya Nadella, le CEO du groupe, qui veut pallier la catastrophe du rachat de Nokia sous la direction de Steve Ballmer. C’est encore l’échec de la stratégie de ce dernier que paie le groupe aujourd’hui, bien que la production de téléphones ait été cédée en mai 2016 au taïwanais Foxconn et au finlandais HMD Global Oy pour 350 M$.