Avec Junosphere Lab, le constructeur Juniper propose à ses clients de modéliser et de tester des architectures réseau dans le cloud. Avantage : il est possible de réaliser des maquettes à taille réelle.

Jusqu’ici, tester une nouvelle architecture réseau comportait toujours une part de flou artistique. A partir d’une certaine taille d’infrastructure, les ingénieurs étaient obligés de recourir à des extrapolations et à des approximations. Difficile, en effet, de faire une maquette en grandeur réelle dans un laboratoire quand il s’agit, par exemple, de redéfinir les liaisons d’un réseau étendu mondial.

C’est pourquoi Juniper propose désormais aux opérateurs et aux grandes entreprises de modéliser et de tester leurs nouvelles architectures dans le cloud. L’offre Junosphere Lab permet en effet de créer et d’installer des éléments réseau dans un environnement virtuel, aussi facilement que des serveurs sur Amazon Web Services.

Les ingénieurs peuvent alors imaginer et tester des configurations, sans limite de taille : routeurs, commutateurs, pare-feu, DMZ, graphes, etc. Ils pourront même, au travers de modules de fournisseurs tiers, simuler des flux applicatifs hétérogènes (Mu Dynamics), visualiser des flux de trafic (Packet Design) ou réaliser des tests spécifiques (Spirent). Il est également possible de connecter des infrastructures physiques à la plate-forme cloud, au travers d’un connecteur (voir graphique).

Plus rapide et moins cher

L’avantage de Junosphere Lab serait triple : le processus de test se ferait à taille réelle, plus rapidement et à moindre coût. Néanmoins, il faut préciser que cette plate-forme ne permet de simuler que des équipements Juniper. Pour les organisations qui s’appuient sur une infrastructure hétérogène, les bénéfices de ce service cloud ne sont donc que relatives.

Le service est disponible au travers d’un simple navigateur web. La tarification est à la demande: à partir de cinq dollars par machine virtuelle et par jour.