Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, n’est pas au bout de ses peines avec Louvois. Les dysfonctionnements de ce logiciel de paie de l’armée de terre entraînent, depuis maintenant seize mois, des retards de versement des soldes, mettant en situation difficile des familles de militaires.

Et la situation devrait se poursuivre, à en croire Le Canard enchaîné qui s’est procuré l’audit interne demandé par le président de la République. On y lit : « Les difficultés constatées actuellement pourraient perdurer plus de deux ans, sans que l’on ait la certitude de les résoudre à ce terme. » Rassurant.

Les erreurs sur les feuilles de paie concerneraient près de 1% de la masse salariale du ministère. En attendant, ce dernier a mis en place un numéro vert et un fonds d’urgence de 30 millions pour venir en aide aux familles concernées.

Pour pallier les défaillances de Louvois, le contrôleur général des armées préconiserait, toujours selon Le Canard enchaîné, un retour provisoire à l’ancien calculateur. Sachant qu’il faudrait entre dix et quatorze mois pour le réactiver.

Le journal satirique a interrogé des experts informatiques, qui reconnaissent que le paiement des soldes est un véritable cauchemar entre les primes diverses et quelque 250 indemnités. « Aucun logiciel n’est parvenu, jusqu’à présent, à établir des fiches de paie aussi compliquées. » Cela devrait consoler Steria, maître d’œuvre du projet, après que Sopra a connu un premier échec.