Chaque année Numeum (l’entité née du rapprochement du Syntec Numérique et de Tech’In France) et EY publient un panorama des 250 éditeurs de logiciels français les plus en vue. L’occasion de faire le point sur l’économie du logiciel dans l’Hexagone alors que certains acteurs français notamment de l’open source se plaignent d’un manque de support et d’adoption des organismes publics et du gouvernement.

La 11ème édition du TOP 250 des éditeurs de logiciels français confirme, comme l’an dernier, la bonne résilience de nos éditeurs en ces temps de pandémie. Certes en 2020, la croissance du CA et celle de leurs effectifs (hors les 3 premiers) ont légèrement marqué le pas, mais se maintiennent quand même à un niveau élevé. Ainsi le chiffre d’affaires combiné des 269 éditeurs inclus dans ce 11ème panorama atteint 17,9 milliards d’euros, un chiffre qui a plus que doublé depuis 2010 !
Autre signe d’une bonne santé financière du secteur, 90 % des éditeurs de logiciels français s’autofinancent.
Et l’univers de l’édition logicielle française devrait connaître un rebond notable en 2021, 56% des éditeurs du panel tablant sur une croissance supérieure à 10%.

Pour Jean-Christophe Pernet, associé EY en charge de l’étude, « en 2020, les éditeurs sont parvenus à préserver leur rentabilité. On rappellera encore une fois le rôle clé joué par le SaaS et plus généralement la notion d’abonnement pour minimiser l’impact de la crise ».
Le modèle du SaaS représente en effet désormais 43% du chiffre d’affaires de ce Top 250 (contre 10% il y a 10 ans).

L’étude divise les éditeurs de logiciels en trois catégories : les éditeurs sectoriels, les éditeurs horizontaux et les éditeurs ‘Jeux & Particuliers’.

Poids lourds du secteur, les éditeurs sectoriels dominent le TOP 250 aussi bien en termes de chiffre d’affaires généré qu’en nombre de sociétés. Mais cette catégorie présente de fortes disparités. Dassault Systèmes et Criteo, à eux seuls, représentent 53 % du CA global de ces éditeurs! Et si Criteo a vu son Chiffre d’Affaires reculer de 6% en 2020, Dassault Systèmes affiche, lui, une croissance à 2 chiffres.

Côté éditeurs horizontaux, la star s’appelle Talend, une pépite rachetée en 2021 par un fonds américain et dont le chiffre d’affaires a connu une croissance supérieure à 20% en 2020.

Enfin, la catégorie « Jeux & particuliers » connaît un véritable boost en 2020, son CA ayant progressé de 35%. Les confinements ont particulièrement bénéficié à l’industrie du jeu vidéo. Et UbiSoft, le leader de cette catégorie, contribue beaucoup à cette croissance, son CA ayant augmenté de 40% en 2020.

La crise a également servi les startups de l’édition logicielle. Du 1er janvier 2020 au 30 septembre 2021, le cumul des levées de fonds dans le secteur du logiciel, calculé sur un Top 20, s’élève à 3,7 milliards d’euros contre 1,5 milliard d’euros sur la même période en 2019/2020. Cette explosion des financements en capital investissement est principalement due à la progression des tours de financement supérieurs à 100 M€ : 12 en 2020/2021 contre seulement 4 en 2019/2020.

Reste la difficile croissance à l’international. D’un côté la part du chiffre d’affaires réalisé hors de nos frontières est de 59% (soit +2 points par rapport à l’année précédente). Cette hausse est principalement liée aux champions nationaux pesant plus de 100 M€ de chiffre d’affaires et déjà bien établis à l’international : 66% d’activité réalisée hors de France contre 62% dans le panorama de l’année dernière. Mais d’un autre côté la France demeure le premier pays contributeur en matière de chiffre d’affaires pour 85% des éditeurs du panel. Les éditeurs français ont donc toujours autant de difficultés à s’imposer comme des acteurs majeurs hors de nos frontières.

Le TOP 10 de ce TOP 250 n’évolue pas. Il est toujours largement dominé par Dassault Systèmes, UbiSoft et Critéo, les trois seuls éditeurs à afficher un CA très supérieur à la barre du milliard d’euros de chiffre d’affaires. Les suivants sont tous en dessous de cette barre avec de la 4ème à la 10ème place : Sopra Steria, Cegid, Claranova, Cegedim, Axway, Gameloft et Talend.

Le secteur reste dynamique puisque 30 nouveaux éditeurs font leur entrée dans ce onzième TOP 250. Parmi eux, on retiendra Odigo (qui entre directement en 16 ème position), Intescia, ChapsVision, Skeepers, Gatewatcher, Neoledge, Brainwave, Synox, PeopleSpheres, Goblinz Studio, FoxIntelligence, The Game Bakers, Skinsoft ou encore Netia.

Le classement complet des 268 éditeurs logiciels français les plus en vue est à télécharger en suivant ce lien : Panorama Top 250 des éditeurs de logiciels 2021 | Numeum