Après s’être séparé fin 2011 d’IBM, la SNCF poursuit, seule, le projet de transformation de sa sous-traitance informatique. Selon une étude du cabinet Secafi demandée par trois comités d’établissement, la société ferroviaire SNCF a déployé à ce jour 16 centres de services. Capgemini et Sopra se taillent la part du lion avec cinq centres de services chacun.

Selon les projections, Capgemini pèserait à lui seul 44 % du chiffre d’affaires contracté auprès de ces centres par les différentes DSI d’ici à quatre ans. Suit IBM (3 centres) qui reste un fournisseur privilégié. L’objectif de SNCF à travers le déploiement de ces centres est de mieux coordonner l’achat de prestations auprès d’un même fournisseur par les différentes DSI et de réduire la part réalisée en mode assistance technique pour la convertir en prestations en mode projet.