Considérées comme des accélérateurs de transformation numérique, les solutions RPA ont le vent en poupe. Gartner les définit « comme un outil d’intégration permettant d’automatiser les tâches routinières ». Voici ce que les DSI doivent retenir du nouveau Magic Quadrant 2020 qui évalue les 16 principales solutions…

Le nouveau Magic Quadrant 2020 pour la RPA (automatisation robotisée des processus) du Gartner apporte peu de surprises mais montre néanmoins plusieurs évolutions par rapport à celui de 2019 démontrant que le marché reste très actif. Première constatation, les acteurs qui y figurent sont moins nombreux : ils ne sont plus que 16 en 2020, signe que le marché commence à se consolider. Surchargé en 2019, le carré des « Niche Players » s’est notablement dépeuplé, certains acteurs (comme Softomotive) ayant été rachetés, d’autres ayant évolué vers des positions plus avantageuses et d’autres ayant été sortis de l’étude (Another Monday, AutomationEdge, Datamatics, Kryon).

En 2020, le très convoité carré des « Leaders » s’enrichit d’un quatrième acteur. Les leaders historiques que sont UIPath, Automation Anywhere et Blue Prism sont désormais rejoints par WorkFusion situé en 2019 parmi les visionnaires.

Comparaison Magic Quadrant RPA 2019 vs 2020
Source : Gartner

4 leaders de la RPA en 2020

Plutôt focalisée sur les grandes entreprises de la finance, de l’assurance et de la banque, la solution WorkFusion Intelligent Automation Cloud est saluée par Gartner pour ses fonctionnalités automatisées de Machine Learning et d’une manière générale ses IA développées notamment en matière de NLP. L’entreprise est cependant freinée par un écosystème naissant de partenaires et une présence internationale limitée, même si elle se révèle bien implantée en Europe et en Amérique du Nord.

Pour Gartner, UIPath reste ‘le’ leader du marché notamment grâce à son vaste écosystème de partenaires. Une position confortée en 2020 par le lancement de sa solution en mode SaaS, par les nouvelles fonctionnalités analytiques d’UiPath Insight et par l’apparition de fonctionnalités de découverte de processus (Process Mining) ainsi que de capture de tâches. Mais le Gartner lui reproche une grille tarifaire complexe et un support qui se dégrade apparemment suite notamment à des mises à jour problématiques.

Un leader qui va devoir se méfier d’Automation Anywhere qui progresse fortement à la fois dans sa capacité d’exécution et dans la complétude de sa vision. L’éditeur passe devant Blue Prism et talonne désormais UIPath. Il est vrai que l’éditeur a profondément réarchitecturé sa plateforme, introduit de nombreux Bots intelligents, et se montre très transparent et compétitif dans ses tarifications. Selon Gartner, il doit encore simplifier ses capacités de déploiement des bots.

Pour Gartner, Blue Prism, qui a racheté Thoughtonomy (devenu Blue Prism Cloud), reste l’une des plateformes d’automatisation les plus abouties avec ses outils de gouvernance et son orchestration sécurisée. Les analystes du Gartner saluent l’approche très graphique et visuelle de la RPA et les agents virtuels qui interconnectent les systèmes. Mais ils regrettent l’absence d’enregistreur d’actions qui limite ses scénarios d’usage ainsi que des tarifs plutôt élevés.

Une entrée remarquée

En ce qui concerne les autres carrés, la nouveauté la plus remarquée et la plus remarquable est l’entrée de Microsoft directement dans les hautes sphères du carré des « visionnaires ». L’arrivée du géant de Redmond sur le marché de la RPA avec son « Power Automate » (évolution de l’ex-solution d’orchestration de Workflows « Microsoft Flow » d’Office 365) ne passe pas inaperçue. Pour Gartner, la récente acquisition de Softomotive (acteur qui figurait dans la case Niche Players en 2019) et l’intégration de la solution à la galaxie des services cognitifs d’Azure et des services Microsoft 365 devraient permettre à l’éditeur de rapidement renforcer une offre encore jugée naissante. Autrement dit, Microsoft est l’acteur à surveiller en 2020.

Parmi les autres mouvements notables, on notera la migration de « ServiceTrace » du carré des « acteurs niche » vers celui des « visionnaires » avec sa solution XceleratorOne. L’éditeur allemand est salué pour ses outils de modélisation des processus hérités de son moteur BPM ainsi que pour son attention particulière à la sécurité.

Autre progression remarquable, celle de Kofax, qui migre du carré des « acteurs niche » en 2019 vers celui des « challengers » en 2020. Plutôt destinée aux grandes entreprises, sa solution « Kofax RPA 11.0 » prend en charge les outils essentiels à une « workforce » numérique et multiplie les intégrations IA. Gartner en apprécie les fonctionnalités iBPMS et les fonctionnalités avancées de traitements des documents (avec OCR).

Pour finir, un mot sur les deux autres entrants : SAP et Samsung SDS sont placés dans les « Niche Players » et ont donc beaucoup à faire encore pour s’imposer comme des acteurs clés de la RPA. Pour Gartner le principal avantage de SAP Intelligent Robotic Process Automation réside dans sa provenance. La plupart des robots RPA du marché interagissent d’une manière ou d’une avec l’ERP de l’entreprise. Ce qui mécaniquement est un atout pour SAP. Mais l’outil repose beaucoup trop sur des scripts pour faire de l’ombre aux spécialistes du domaine. Sans parler des coûts de la solution.

Plus anecdotique, la solution Brity RPA de Samsung SDS n’existe essentiellement que sur les marchés asiatiques ce qui constitue son principal défaut aux yeux du Gartner. Elle intègre des fonctions avancées comme l’OCR, un chatbot ou encore la découverte automatique de processus. Et son expérience intuitive en fait un vrai outil pour Citizen Developers.