Steria vient de publier un avertissement sur ses résultats, estimant qu’il ne pourrait tenir son objectif de marge opérationnelle pour cette année.

Le groupe fait état de difficultés opérationnelles, en Allemagne notamment où il a connu une baisse de 15,1 % au 3ème trimestre, et considère comme inévitable le recul – même léger – de son résultat net sur 2014.

Ces mauvais chiffres enregistrés par Steria, qui appartient à 90,5 % à Sopra depuis le 1er août, ne sont pas sans conséquence sur son actionnaire principal.

Les deux actions décrochent

Sopra a pourtant, de son côté, de quoi rassurer les investisseurs. L’entreprise affiche un chiffre d’affaires de 341,5 M€ au 3ème trimestre et de 1,06 Md€ sur les neuf premiers mois de l’année 2014, soit une croissance totale de 8,5 %, de 3,2 % en organique.

Sopra vise pour l’ensemble de l’année une croissance organique comprise entre 3 % et 5 %, ainsi qu’une amélioration de sa marge opérationnelle d’activité et une dette ramenée entre 130 et 160 M€.

Si l’on inclut Steria, le chiffre d’affaires consolidé est de 1,37 Md€ sur les trois premiers trimestres 2014. Au regard des investisseurs, c’est toutefois insuffisant pour celui qui ambitionne de devenir le n°3 français des SSII : la Bourse de Paris a ainsi infligé un sévère -5 % à Steria et -6 % à Sopra quelques heures après ces annonces.