Après plusieurs mois de négociations, le conseil d’administration de Toshiba met fin au suspense : c’est finalement le consortium dirigé par Bain Capital qui sera le nouveau propriétaire de l’activité semi-conducteurs du fabricant japonais. Bien que Western Digital ait porté l’affaire en justice pour tenter d’annuler la vente organisée par son associé, le conglomérat japonais affirme que la cession devrait être menée à bien.

La transaction, d’un montant de 18 Md$, permettra à Toshiba de rééquilibrer sa trésorerie, mise à mal depuis la faillite de sa filiale nucléaire américaine Westinghouse Electric. La société devrait ainsi éviter sa radiation de la bourse de Tokyo. Apple qui, à l’instar de Dell, fait partie de l’alliance menée par Bain, va quant à elle pouvoir exploiter les composants flash du géant japonais et venir titiller Samsung, actuel n°1 mondial des mémoires NAND.