Le Japon pourrait bientôt détrôner la Chine et prendre la tête du classement mondial des supercalculateurs. Le National Institute of Advanced Industrial Science et Technology prévoit de se doter d’une machine de 130 pétaflops de puissance dès la fin 2017. Baptisé AI Bridging Cloud Infrastructure, le projet se destine aux activités de recherche en intelligence artificielle. Le système est non seulement ultra puissant, mais il s’avère particulièrement économe en énergie : moins de 3 mégawatts.

Ainsi, l’engin devrait afficher un indicateur d’efficacité énergétique inférieur à 1,1, une performance que seuls quelques datacenters dans le monde peuvent réaliser. Pour ce faire, il devrait être équipé d’un système de refroidissement liquide. Ce dispositif est déjà utilisé par Atos pour les supercalculateurs du CEA.