Immobilier d’entreprise, accompagnement de projets, structures de financement… les entreprises TIC sont particulièrement choyées à Paris.
Le développement du pôle Cap digital constitue un levier de croissance fondamental.

Un simple coup d’œil à la carte des adhérents du pôle Cap Digital disponible sur le site Econovista suffit. La densité des entreprises impliquées et la diversité de leurs activités témoignent de la dynamique de la capitale. Incubateurs, pépinières et pôles d’entreprises, généralistes et spécialisés, systèmes productifs locaux, filières d’excellence, Paris Wi-Fi… Paris n’a pas à rougir de son tissu d’aide à la création et au développement d’entreprises en matière de technologies. « Depuis six ou sept ans, avec tous les acteurs de la création d’entreprise, les pôles de compétitivité, nous avons développé une culture commune. Nous avons les mêmes références et les mêmes façons d’aborder un dossier, de juger le potentiel de développement d’une entreprise et d’une équipe à porter son projet », explique Philippe Le Cam, directeur général adjoint en charge des pépinières et incubateurs, et également en charge du programme de soutien à l’entrepreneuriat au sein de Paris Développement.

Un parc immobilier en développement

« Notre agence de développement économique, qui dépend de la Ville de Paris, n’est pas la seule à œuvrer dans ce domaine, loin s’en faut ! », tient à préciser Philippe Le Cam. Si la Ville favorise le développement de l’activité dans le domaine des TIC, c’est parce que ces entreprises sont sources d’emplois non seulement pour des cadres hautement qualifiés mais aussi pour des salariés de toute formation.

Un des problèmes auquel la ville s’est attaquée concerne la pénurie et les coûts très élevés des locaux parisiens. Socle de l’essor des entreprises technologiques, le parc immobilier fait l’objet de forts développements. En tout, ce sont 26 pôles d’entreprises ainsi disponibles aux entreprises. Soutenus par la Ville de Paris, le pôle Innovation Losserand met une surface de 6 000 mètres carrés à disposition des entreprises du secteur TIC. Paris Innovation Brûlon-Cîteaux, lui, marie sur plus de 4 000 mètres carrés des entreprises technologiques avec des activités dédiées aux métiers d’art. Sans compter Paris Innovation la Villette ou Paris Innovation République. Privés ou publics, les pôles d’entreprises se situent majoritairement à l’est de Paris. Plus au sud, l’incubateur Telecom Paristech Entrepreneurs héberge et accompagne des projets variés, liés à internet et au mobile.

Une expertise reconnue en production cinématographique

Le pôle de compétitivité Cap Digital joue un rôle fondamental dans le développement des TIC à Paris en irriguant le tissu des PME innovantes. Image et contenus numériques, jeux vidéo, ingénierie des connaissances, robotique… les domaines d’expertise du pôle recouvrent un large périmètre. « Avec 420 adhérents, dont 300 PME-TPE, 20 grandes entreprises, une centaine de laboratoires de recherche, Paris-Ile-de-France est la première région européenne en matière de production cinématographique », indique Géraldine Lévêque, chargée de mission emplois et compétences de Cap Digital. C’est à elle de mettre en place une sorte de gestion prévisionnelle des emplois et compétences à l’échelle du pôle.

Autre pilier fondamental des TIC dans la capitale, les SPL (Systèmes productifs locaux). Un terme un peu complexe pour désigner la démarche de cluster, c’est-à-dire des groupements d’entreprises et d’institutions qui collaborent dans un même secteur d’activité, afin de dégager de réelles synergies sur le territoire. Le premier d’entre eux dans la capitale, Silicon Sentier, regroupe aujourd’hui une centaine d’entreprises du secteur. Il est l’administrateur du pôle Cap Digital et le créateur de La Cantine « co-working space » désormais bien connu et apprécié des créateurs. Avec, là aussi, de nombreux projets à la clé.