La France accuse un net retard dans le développement du très haut débit. Fin 2011, la part des abonnés à la fibre optique dans le total des abonnés internet était de 63 % au Japon, de 56 % en Corée du Sud, contre seulement 3 % en France. Pour rattraper ce retard, Valérie Pécresse, ex-ministre du gouvernement Fillon, propose que l’Etat vende ses titres France Télécom. Et que le fruit de cette cession aide à financer le déploiement de la Fibre optique sur le territoire national.

En tenant compte de sa valorisation actuelle, le retrait de l’Etat et du Fonds stratégique d’investissement (FSI) de France Télécom rapporterait ainsi 5,5 milliards d’euros. Soit plus du quart des 20 milliards prévus par l’actuel président de la République pour financer cette couverture dans les dix ans. Cette proposition fait partie de la quinzaine de mesures présentées par le Labo des idées, le think tank créé et présidé par Valérie Pécresse, dans le cadre de sa convention numérique.