Les 10 tendances technologiques de 2023 vues de la Chine par le DAMO

Newtech

10 tendances technologiques 2023 vues de Chine

Par Laurent Delattre, publié le 18 janvier 2023

Chaque année, les chercheurs de la DAMO Academy du groupe Alibaba publient une liste de tendances technologiques à surveiller. Souvent très technique et visionnaire, cette liste se révèle bien plus intéressante que les prévisions très médiatiques des cabinets d’analyse du marché IT. L’édition 2023 se veut cependant plus ancrée sur les besoins à court terme des entreprises que les éditions précédentes…

Pour la cinquième année consécutive, la DAMO Academy, institut de recherche du groupe chinois Alibaba, développe ce qu’elle considère comme les 10 tendances technologiques majeures à suivre en 2023.

Plus optimiste que bien des rapports prévisionnels publiés ces dernières semaines, celui de DAMO voit en 2023 « une année où les avancées technologiques – allant des IA génératives à la sécurité cloud-native – vont remodeler les industries et alimenter les innovations ».

Voici donc les 10 tendances mises en exergues dans le rapport 2023 selon les chercheurs de DAMO…

1/ Quand les IA deviennent créatives

« Les IA génératives sont en train de révolutionner notre perception même de la créativité. »

Grâce à elles, n’importe quel utilisateur peut se découvrir des talents créatifs mais surtout trouver une aide créative et productive pour simplifier son travail, trouver une inspiration en manque, gagner du temps, se décharger sur l’IA de tâches ingrates. À même de générer des images, des textes, du code de programmes, des vidéos, des sons, des objets 3D, ces IA vont métamorphoser bien des métiers. Si Dall-E, Codex ou ChatGPT ont marqué 2022, bien d’autres IA s’appuyant sur des modèles génératifs massifs promettent d’animer l’année 2023 et les années à venir.

Pour DAMO, « au cours des trois prochaines années, l’IA générative développera des capacités de création de contenu à l’égal des humains pour faciliter la création de contenu numérique ».

2/ Quand les maths rencontrent le Machine Learning

« L’optimisation des décisions va recevoir le coup de pouce du Machine Learning pour aider les entreprises à prendre de meilleures décisions commerciales en 2023 »

Combiner l’optimisation mathématique et le Machine Learning devrait faciliter l’émergence d’une intelligence décisionnelle à double moteur. Une telle intelligence est déjà utilisée par les plateformes de covoiturage pour répartir les conducteurs ou par de grandes usines ou centrales nucléaires pour minimiser les temps d’arrêt et planifier production et maintenance.

Pour DAMO, « l’intelligence décisionnelle animée par la combinaison des maths et du ML va jouer un rôle croissant dans les programmes de réduction des émissions Carbone des entreprises ».

À LIRE AUSSI :

3/ La sécurité d’abord sur le Cloud

Changement de paradigme, autrefois pensée selon une approche « Business First », la cybersécurité se conçoit désormais « cloud first ».

Selon Gartner, d’ici 2025, plus de 95 % des nouvelles charges de travail numériques seront déployées sur des plateformes « cloud-native ». Et cette mouvance implique que la cybersécurité aussi suivra cette tendance pour gagner en polyvalence et offrir des systèmes de sécurité dynamiques, précis et applicables aux environnements hybrides.

Pour DAMO, « à l’avenir, les entreprises adopteront une approche de sécurité « cloud-native » qui intègre la sécurité à toutes les étapes du cycle de vie du développement logiciel. Au lieu d’avoir un système de sécurité comme un ajout, la sécurité sera intégrée dans la conception du produit dès le premier jour ».

4/ Le sixième sens de l’IA

« Tout comme les humains ont développé de multiples sens pour explorer le monde, l’IA est devenue capable d’apprendre de différentes sources pour agir. »

Contrairement aux modèles monomodulaires employés jusqu’ici, les nouveaux modèles pré-entraînés multi-modulaires combinent divers types de données (images, textes, parole, data) pour comprendre et appréhender notre monde. Ces modèles multimodaux pré-entraînés sont plus performants que les anciens modèles monomodaux en termes de compréhension, d’extraction, de génération et de réponse aux questions. Dit autrement, ces modèles confèrent aux IA davantage d’intelligence cognitive leur permettant de raisonner, de répondre aux questions, de débattre, de résumer, de créer.
Par ailleurs, de nombreuses expérimentations notamment d’OpenAI ont démontré que les IA pouvaient collaborer pour œuvrer à un même objectif commun.

Selon DAMO, ces avancées continuent de faire progresser les IA et « permettent de proposer des modèles avancés toujours plus élaborés à même de significativement « stimuler » la productivité des entreprises ».

5/ Au-delà du CPU

« La croissance exponentielle des besoins en traitement de données a rendu les unités de traitement centralisées (CPU) inadéquates ».

GPU, NPU, DPU… Les datacenters sont envahis de xPU qui viennent soulager, et même de plus en plus remplacer, le CPU. Les volumétries de données à analyser en quasi temps réel imposent de repenser l’informatique. C’est en déchargeant les CPU d’un large éventail de fonctions de virtualisation associées au stockage, à la mise en réseau et à la sécurité sur du composant dédié (xPU), que l’on pourra répondre aux besoins des analyses Big Data et de l’IA.
Alibaba va encore plus loin et imagine déjà une nouvelle forme d’infrastructure : CIPU (Cloud Infrastructure Processing Unit). Elle se concrétise sous forme d’une carte accélératrice s’insérant dans les différents serveurs des datacenters afin de prendre en charge bien des tâches de virtualisation.

Selon DAMO, « durant les trois prochaines années, le Cloud Computing adoptera une nouvelle infrastructure centrée autour du concept CIPU. Une tendance qui va ouvrir bien des opportunités en matière de recherche sur les infrastructures, de développement de couches logicielles de bas niveau et de développement de processeurs spécialisés ».

6/ Toujours plus de nuages, s’il vous plait…

Il y a 15 ans, lorsqu’une application fonctionnait mal, c’était toujours la faute de l’infrastructure. La virtualisation, l’hyperconvergence, la Software Defined Infrastructure, le Cloud sont venus changer la donne. Mais le mouvement de balancier perpétuel qui caractérise l’informatique nous conduit à de nouveaux problèmes.

La grande variabilité des performances fournies par les réseaux des fournisseurs de Cloud entraîne souvent des performances imprévisibles au niveau des applications. C’est un souci qui interpelle les chercheurs du DAMO : « plus les clouds envahiront les infrastructures des États-nations, plus cette problématique deviendra prioritaire ». L’arrivée de « Predictable Fabric » va bouleverser l’architecture des réseaux TCP et animer le cœur des réseaux des datacenters de nouvelles générations.

Selon DAMO « d’ici deux à trois ans, un réseau prévisible animé par l’intégration Edge-Network deviendra la norme ».

À LIRE AUSSI :

7/ Téléphone ! Lumière ! Action !

« Curieux de savoir pourquoi votre smartphone prend désormais d’aussi belles photos et vidéos ? Le mérite en revient à l’imagerie numérique ou Computational Imaging… Et elle va changer la façon dont nous voyons notre monde »

« L’émergence de l’imagerie numérique est appelée à transformer la façon dont les êtres humains et les machines perçoivent le monde« , explique Jiamin Wu, professeur adjoint au département d’automatisation de l’université Tsinghua. Grâce à des technologies telles que l’intelligence artificielle et le traitement du signal, l’imagerie numérique permet aux smartphones de fonctionner comme des appareils photo professionnels, même sans grands capteurs ni objectifs puissants. L’imagerie numérique révolutionne la photo, la vidéo. De l’éclairage artificiel des portraits à la réduction des vibrations, elle met à disposition de tous des outils de haute technologie, et ceci dans la paume de votre main à une fraction du prix des anciennes technologies photographiques.

8/ Des Chiplets à foison

« Jusqu’ici pour rendre les puces informatiques plus rapides, on cherchait à placer davantage de transistors sur un morceau de silicium éventuellement plus grand. Mais les limites au gigantisme ont été atteintes. Une nouvelle approche consiste à diviser les puces en petits morceaux – appelés chiplets  – que l’on assemble. »

C’est un sujet récurrent du DAMO. Les chiplets étaient en effet déjà évoqués dans le rapport 2022. L’idée est notamment de multiplier les « chiplets » sur les wafers en combinant des fonctionnalités un peu à la manière de briques Lego. Non seulement les puces deviennent plus rapides à développer et plus faciles à personnaliser mais les chiplets sont moins sujets aux défauts de fabrication et moins coûteux à produire. Une approche qui permet aux fabricants d’ajouter ou soustraire des chiplets au cœur de leurs processeurs pour les personnaliser en fonction des besoins des workloads qu’ils exécutent. En 2022, l’industrie des processeurs a même présenté une nouvelle norme de conception pour standardiser la conception des processeurs en chiplets.

Selon DAMO, « ces composants petits mais puissants continueront à transformer la recherche et le développement des processeurs en 2023 ».

9/ Une question de mémoire

« Pour rendre plus efficiente la puissance de traitement des IA, une nouvelle architecture informatique appelée « processing-in-memory » va s’imposer ».

Là encore, DAMO recycle une idée déjà explorée l’an dernier. « Avec le développement rapide des algorithmes d’IA, les data-scientists sont arrivés à un point où le matériel devient le goulot d’étranglement dans l’exploitation d’algorithmes plus avancés » expliquait le rapport 2022.
Nouvelle forme d’architecture, le PIM pour « Processing-in-Memory » cherche à fusionner mémoire et processeur pour effectuer les calculs directement là où les données sont stockées, avec un minimum de mouvement. Le PIM permet de surmonter la volumétrie à transférer et traiter en amenant le traitement directement là où les données sont stockées. Il en résulte des latences plus faibles, des bandes passantes plus élevées, une augmentation des performances des systèmes mais aussi une réduction de la consommation énergétique !

Selon DAMO, « le PIM va s’imposer comme l’architecture informatique de référence de l’ère de l’IA ».

10/ L’histoire de deux cités…

« Si vous vous demandez comment fonctionne une mégapole, jetez donc un coup d’œil à son jumeau numérique et à ses répliques virtuelles en 3D qui vous donnent un aperçu de la situation en temps réel avec ses habitants, véhicules et bâtiments ».

Grâce à des technologies telles que les capteurs et les analyses avancées, les urbanistes peuvent relier les données en temps réel des objets physiques dans les villes à leur représentation numérique. Singapour a, par exemple, créé le premier jumeau numérique au monde d’un pays entier. Ce dernier lui permet de tester virtuellement des initiatives politiques potentielles avant de les mettre en œuvre dans le monde réel, qu’il s’agisse de prévoir le trafic routier ou de simuler la consommation d’énergie.

Selon DAMO, « les jumeaux numériques urbains à grande échelle permettent des progrès significatifs dans la gestion du trafic, la prévention des catastrophes naturelles et la gestion des émissions de carbone. À l’avenir, ils pourront aider les urbanistes à développer et à tester des véhicules autonomes, des drones et des robots pour construire des villes intelligentes ».

À LIRE AUSSI :

Dans l'actualité