HP, qui a acheté Autonomy en 2011, accuse cet éditeur de gestion de contenu d’avoir gonflé ses comptes avant l’opération. HP avait déboursé 10 milliards de dollars. Un an plus tard, il dépréciait la valeur d’Autonomy de 8,8 milliards de dollars. L’ex-PDG de l’éditeur contre-attaque.

Dans une lettre ouverte aux actionnaires de HP, Mike Lynch demande à ce que soient rendues publiques les charges qui pèsent contre lui. Il exige de savoir quand le conseil d’administration a été mis au courant ; comment a été calculée la dépréciation ; pourquoi les actionnaires n’ont pas été informés. Ses comptes ayant été certifiés par le cabinet Deloitte, il renvoie la faute sur les dirigeants de HP de l’époque, dont Leo Apotheker. HP n’a pas, pour le moment, riposté à cette missive.