Les entreprises de l’aéronautique peuvent-elles tirer un bénéfice concret de l’informatique quantique au-delà des promesses théoriques ? Airbus aimerait bien avoir des réponses tangibles à cette question et lance pour cela un concours international… Une approche qui pourrait se révéler très instructive pour nombre d’entreprises dans bien d’autres domaines…

L’informatique quantique… Le sujet passionne, les progrès sont réguliers, mais les débats se poursuivent encore sur son utilité pratique. Aujourd’hui, les « vrais » ordinateurs quantiques, comme l’IBM Q System One, restent bien moins performants que les émulateurs comme ceux d’ATOS. Et certains principes quantiques peuvent inspirer de nouveaux algorithmesréalisables sur nos ordinateurs d’aujourd’hui.
En l’état de l’art, l’informatique quantique est encore « trop » naissante et soulève bien davantage de questions qu’elle n’apporte de réponses. À commencer par la plus basique d’entre toutes : quelles problématiques d’entreprise peuvent concrètement être résolues par un ordinateur quantique qui ne puissent l’être par l’informatique HPC (High Performance Computing) d’aujourd’hui ?

Cette question est au cœur du challenge lancé par Airbus ces dernières semaines. Le constructeur ne cherche pas à savoir ce qui est faisable dès aujourd’hui, mais à déterminer s’il existe dès à présent des pistes qui montrent que, dans le futur, les ordinateurs quantiques apporteront un véritable avantage stratégique dans le domaine de l’aviation. Et, dans la mesure où ces pistes existent, comment peut-on se préparer à ce futur ?

Telle est en substance la philosophie du concours international « AQCC » (Airbus Quantum Computing Challenge) lancé par l’avionneur européen aux chercheurs et développeurs. Airbus a ainsi ciblé cinq problématiques importantes au cœur de son métier : optimisation de la phase de décollage (notamment pour consommer moins de fuel), aérodynamisme et calculs de la dynamique des fluides, résolution des équations différentielles partielles, optimisation du design du fuselage au niveau de l’attache des ailes, optimisation du chargement d’un avion en fonction des contraintes opérationnelles.

Étudiants, scientifiques, ingénieurs et entrepreneurs intéressés par ces sujets et ayant des idées quantiques à explorer sur ces thèmes ont jusqu’à octobre 2019 pour faire connaître leurs projets. Les vainqueurs se verront proposer des accès privilégiés au hardware quantique dont Airbus compte s’équiper dès 2020, les moyens de développer leur projet un peu plus en avant, et collaboreront avec les experts d’Airbus.

Pour en savoir plus: Airbus Quantum Computing Challenge