Le nouveau PDG lance un plan de « sauvetage » à 3 ans de la firme en la recentrant sur les réseaux IP et le très haut débit fixe et mobile avec cession d’actifs.

Alcatel-Lucent joue probablement son avenir avec le plan de restructuration qui a été présenté. Le nouveau PDG, Michel Combes, dévoile le plan Shift, étalé sur trois ans.

Ce programme est axé sur un recentrage des dépenses de recherche et développement, un objectif de baisse des coûts fixes d’un milliard d’euros et la vente sélective d’actifs, sans préciser lesquels, pour un montant visé d’au moins un milliard d’euros sur la période 2013-2015.

Les dépenses de recherche et développement seront recentrées sur le routage IP, le transport IP et les technologies d’accès très haut débit mobile (4G) et fixe (VDSL, Fibre optique) pour réseaux d’opérateurs. Ces domaines devraient représenter 85% des dépenses totales de R&D de l’entreprise en 2015, avec une hausse de 8% entre 2013 et 2015.

Alcatel-Lucent réduira en conséquence ses dépenses de recherche sur les technologies télécoms traditionnelles (réseaux mobiles 2G/3G, ADSL)

En se recentrant sur l’activité de cœur de réseaux des opérateurs télécoms, l’entreprise a pour objectif de porter le chiffre d’affaires de cette activité de 6,1 milliards d’euros en 2012 à plus de 7 milliards d’euros en 2015 avec une marge opérationnelle supérieure à 12,5% en 2015.

Le plan comporte également la restructuration de la dette du groupe à hauteur de 2 milliards d’euros sur la période 2013-2015. En cas d’échec de ce plan, c’est la survie du groupe industriel dans les télécoms, qui serait en cause.