AMD et Ubuntu mettent en place un partenariat technologique autour d’une offre matérielle pré-configurée. Dénommée « Cloud in a box », cette solution « prête à l’emploi »  est basée sur un serveur de Seamicro, jeune filiale d’AMD. Estampillé Red Hat, Citrix et VMware, ce serveur SM15000 sert avant tout de point de départ à l’implémentation d’une solution cloud basique en entreprise, avec une particularité : il est destiné au déploiement d’une infrastructure, le plus souvent hybride, à partir de la couche open source OpenStack.

La complexité en moins

En utilisant différents programmes, eux aussi en open source, l’équipement permet le déploiement de 168 000 machines virtuelles, selon AMD. Tout ceci en s’affranchissant de l’installation indépendante de chaque composant de l’infrastructure, comme cela se fait dans de grandes configurations.

En outre, cette solution de déploiement requiert peu de pratique et de connaissances en matière de cloud. Toutes les sociétés qui s’intéressent à OpenStack peuvent l’utiliser. À noter que l’empreinte énergétique du SM15000 est de 55Wh par serveur.

Ce n’est pas la première fois que Canonical, la société qui commercialise Ubuntu, met en œuvre une solution physique simplifiant le déploiement d’OpenStack. En mai dernier, une boîte équipée de 10 micro-serveurs a été présenté comme une solution permettant cette mise en oeuvre. Tout comme le produit fabriqué avec AMD, cet appareil, nommé Orange Box, contient l’outil d’orchestration Juju et le service MaaS (Metal-as-a-Service) qui permet de piloter simplement le serveur sur lequel le nuage est déployé. Tout ceci à partir d’une interface qui en réduit la complexité.