Ce n’est pas encore un appel au secours, mais ça y ressemble un peu : BlackBerry vient d’obtenir 250 M$ de son principal actionnaire, Fairfax Financial. Le groupe financier canadien vient en effet de procéder à une nouvelle augmentation de capital additionnelle, faisant ainsi valoir une option prévue lorsqu’il avait injecté 1 Md$ à l’automne dernier. À l’époque, d’autres investisseurs canadiens, mais aussi qatariens, avaient également participé à cette levée de fond, sous forme d’obligations convertibles en actions.

 

Fairfax aurait la possibilité, en convertissant ses obligations, de passer de 10 % à 17,6 % (au maximum, selon ce que feraient les autres actionnaires) du capital de BlackBerry, lui qui avait proposé de racheter le fabricant de smartphones pour 4,7 Md$, offre repoussée par ce dernier.

 

Cette nouvelle levée de fond intervient alors que BlackBerry traverse une mauvaise passe : le groupe a annoncé en décembre une perte record de 4,4 Md$ pour son troisième trimestre fiscal et vient de confier au taïwanais Foxconn la fabrication de ses futurs smartphones. Seule bonne nouvelle dans cette conjoncture difficile, la Bourse a semblé apprécier cette annonce : le cours de l’action BlackBerry a pris 2,11 %, à 8,72 $, dès la journée suivant l’annonce.